• Jean-François Bélanger

Avec une voie supplémentaire à Part-Dieu, le REM lyonnais est-il sur les rails ?


10/06/2022 - Une nouvelle voie a été mise en service le 5 juin 2022 à Lyon Part-Dieu. Contributrice au projet, la Région la présente comme la première étape d’un futur Réseau Express Métropolitain à la lyonnaise qui tarde à se concrétiser. Auvergne-Rhône-Alpes en profite pour annoncer quelques avancées.


Grâce à ces travaux, l’objectif de la Région, est de réduire significativement le nombre de retards liés à l’engorgement de la gare. Mais est-ce que cela suffisant si l’on considère que le rail devrait être l’outil privilégié des déplacements, dans une optique environnementale ?


On se rappelle qu’après réunions publiques, ateliers, conférences… la Commission Nationale du Débat Public, avait finalement reporté « au long terme » c’est-à-dire au delà de 2037, des réalisations plus ambitieuses pour l’Etoile Ferroviaire Lyonnaise (gare souterraine, doublement des voies…).


Le chantier de la gare de Lyon Part-Dieu.

L’objectif d’accroître de 40% la capacité s’en trouve donc ainsi repoussé. Présentée comme la première gare européenne de correspondances et l’épicentre des mobilités ferroviaires autour de Lyon, la gare de Part-Dieu accueille chaque jour 700 trains, soit. 125 000 voyageurs, alors qu’elle avait été conçue à l’origine, pour 35 000.


La comparaison, en ce domaine, avec la situation marseillaise est cruelle. La gare de Marseille Saint-Charles, qui n’a pas ce statut, a cependant programmé une gare souterraine à partir de 2027.


Pourtant, à Lyon, 316 M€ ont déjà été mobilisés par la Région sur son étoile ferroviaire, dont 23,5 M€ pour cette voie supplémentaire, aux côtés de l’Etat, de SNCF Réseau et de l’Union européenne pour un chantier global de 87,6 M€.



Fluidifier le trafic et améliorer la ponctualité


Cette nouvelle voie permet de fluidifier le trafic et d’améliorer la ponctualité des trains qui enregistraient sur cette zone un tiers des retards régionaux constatés.


Elle accompagne le réaménagement du pôle d’échanges multimodal où plus de 100 M€ sont engagés par la Région, avec notamment six nouveaux accès aux quais qui seront mis en service à la fin de l’année. A terme, la surface de la gare sera doublée.



Enquête sur la réouverture de la ligne Crémieu-Lyon


Toujours dans la mise en œuvre d’un Rem lyonnais, la Région a pour objectif de proposer des Ter toutes les 15 minutes avec des horaires étendus de 5 h 00 à 23 h 00 et un titre de transport unique pour tous les transports collectifs au sein de la métropole lyonnaise.


Auvergne-Rhône-Alpes annonce la mise en services de nouveaux trains sur des axes très saturés, comme entre Mâcon et Villefranche-sur-Saône-Lyon ou entre Saint-Etienne-Lyon ainsi que le lancement du bus à haut niveau de service entre Trévoux et Lyon À l’ouest, la liaison Lyon/Brignais (en passant par Vourles et Grigny) et également celles vers Lozanne et Sain-Bel vont aussi être améliorées.


A l’est, une enquête publique va être lancée pour étudier la réouverture de la ligne ferroviaire de Crémieu à Lyon. Enfin, de nouvelles haltes ferroviaires vont voir le jour à Chandieu-Toussieu et, plus au sud, à Reventin-Vaugris...