• Hubert Heulot

Angers : vandalisme « écologique » sur trottinettes



17/11/2020 - A coup de tags sur le QR code des trottinettes, des militants de Youth For Climate, le mouvement initié par Greta Thunberg, ont mis un tiers du parc en libre-service à Angers hors de service, le 10 novembre dernier.


Voyant dans ces véhicules « un désastre écologique de plus dont nous ne voulons pas », ils revendiquent l’illégalité de leur acte. L’opérateur, Pony Bikes, porte plainte et les invite au dialogue autour des valeurs et des objectifs communs. Il a remis ses trottinettes en service deux jours plus tard, nettoyées et révisées.


Empreinte Carbone


La bataille s’est poursuivie par communiqués. « En raison de leur production énergivore, de leur faible durée de vie et de la nécessité de les transporter tous les soirs pour les recharger et du mode de production et de recyclage de la batterie, elles émettent en moyenne 105g de CO2 par passager et par kilomètre parcouru », explique celui de Youth For Climate France (YFCF).


Camille Dupont, lycéenne à Angers, et ayant participé au vandalisme précise : « Ce chiffre est une moyenne des trottinettes électriques existant sur le marché. Et encore, ne tient-il pas compte, dans le cas d’un libre-service, de la circulation du véhicule qui les emporte chaque soir et les ramènent tous les matins pour les recharger ».


Pony Bikes* rétorque que l’empreinte carbone de ses trottinettes, évaluée selon les grilles d’analyse de l’ADEME, est de 29 grammes de CO2 par kilomètre parcouru. « Elle a beaucoup baissé depuis que nous installons des batteries amovibles, que nous n’emportons qu’elles à recharger, explique Guillem Leroux, en charge de la communication. 29 g, c'est neuf fois moins qu'une voiture individuelle thermique, autant par km et par personne que dans un bus électrique ».

Pour marcheurs ? ou automobilistes ?


Le deuxième différend porte sur l’apport des trottinettes électriques à la mobilité globale : « Les trottinettes électriques en libre-service ne permettent pas de faire diminuer l’usage de la voiture. Les études à ce sujet montrent qu’elles remplacent majoritairement les trajets effectués à pied. C’est ce que dit une l’étude récente du cabinet 6-t** », précise Corinne Dupont.

Pony Bikes en reste, sur le sujet, à des observations : « la moitié de nos utilisateurs ont moins de 25 ans. Ils nous disent que la trottinette retarde pour eux l’achat d’une voiture ».

Ce qui rejoint une autre observation simple des magasins de trottinettes électriques : les acheteurs individuels de trottinettes électriques, seraient majoritairement, sans elles, des automobilistes.


Dernier différend : « Pour fabriquer les batteries au lithium, des jeunes sont exploités en Afrique : une enquête récente d’Amnesty International le montre très bien. Pour récolter ce minerai il faut creuser des galeries et utiliser des produits dangereux », explique YFCF.

Argument auquel Pony Bikes répond sur son site par son partenariat avec le fabricant bordelais d’une batterie à très bas bilan carbone.


Gadget électrique citadin


YFCF a pour le moment l’intention de « renouveler ses opérations jusqu’à mettre ces gadgets électriques citadins, jouets de l'innovation « verte », hors de nos villes ». Localement, Corinne Bouchoux, la vice-présidente d’Angers Métropole, en charge de la transition écologique et des déplacements, se dit « choquée, déçue par Youth For Climate et heureuse de constater que la méthode employée n’est soutenue par aucun responsable politique ».



*Pony Bikes est opérateur de vélos et de trottinettes en libre-service à Angers, Grenoble, Bordeaux et Oxford (Angleterre).

**https://6-t.co/etudes/le-developpement-du-velo-et-de-la-trottinette-dans-les-grandes-villes-francaises/