• Michel Chlastacz

Alstom estime ses objectifs atteints et sa stratégie confortée

20/05/2022 - Le 11 mai 2022, Henri Poupart-Lafarge, Président du conseil d’Administration et Directeur général du groupe Alstom, présentait les résultats 2021-2022 de l’entreprise dans un contexte économique et politique général complexe.


Henri Poupart-Lafarge, Président du conseil d’Administration et Directeur général du groupe Alstom

Un contexte qui n’empêche pas toutefois de constater que le dernier exercice se conclut fort positivement pour le groupe dont le leadership, accru sur tous les segments de marché par le succès de l’intégration de Bombardier, se trouverait « consolidé sur un marché porteur ».


À la fois en raison des qualités intrinsèques du mode ferroviaire que de la multiplicité des annonces qui portent en faveur du report modal vers le rail, qu’il s’agisse d’interdictions de vols intérieurs court-courriers comme de celle des voitures à fortes émissions en centre-ville et de la relance des trains de nuit.


Pour aboutir à un ensemble « d’opportunités commerciales » qui seraient à saisir par les acteurs industriels du ferroviaire et qui serait évalué par le groupe à hauteur de 180 Mds€ à l’horizon 2025.


Concrètement, à l’issue de l’exercice 2021-2022, le groupe se trouve à la tête d’un chiffre d’affaires de 15 Mds€ (+11% à périmètre comparable) pour une marge d’exploitation « ajustée » à 5%.


Mais aussi et surtout d’un carnet de commande qui totalise 81 Mds€ et qui est notamment à la source d’une importante campagne de recrutements (7500 personnes en 2022).


Des résultats rassurants dans le contexte général déjà évoqué, puisque « l’exposition [du groupe] est très limitée à la Russie et à l’Ukraine » en dépit de la dépréciation de la part d’Alstom (20%) dans le capital du Russe Transmashholding, ce qui impacte le résultat net à hauteur de 441 M€.


Et, pour le moment*, l’inflation comme la pénurie de composants électroniques n’ont pas eu « d’impact significatifs en 2021-2022 ».


Des résultats qui confirmeraient les perspectives 2025 en raison de la solidité des commandes et de la « croissance progressive de la marge d’exploitation ».


 

* En 2022-2023 Alstom suppose « l’absence de nouvelles perturbations de l’économie mondiale et de pénuries significatives dans la chaine d’approvisionnement ».