• Jean-François Bélanger

40 ans du TGV : l’Etat relance un plan TGV de 10 ans


Emmanuel Macron et Jean-Pierre Farandou.

20/09/2021 - Après avoir remis les trains du quotidien au centre de ses préoccupations, Emmanuel Macron, accompagné par Bruno Le Maire, Barbara Pompili et Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé le 17 septembre 2021 une nouvelle décennie de développement du réseau à grande vitesse, à l’occasion du 40e anniversaire du TGV.


C’était l’idée forte des premières années du quinquennat : remettre au cœur du jeu les transports du quotidien, délaissés depuis de trop longues années au profit du « tout TGV ».


Pour Emmanuel Macron, le dispositif est désormais en place, s’appuyant sur le pacte ferroviaire signé en 2018 et la restructuration du groupe SNCF avec la constitution de sociétés anonymes à capitaux publics.


La reprise de sa dette à hauteur de 35 Mds€ est désormais acquise et va par ailleurs permettre au groupe d’affronter la concurrence dans les meilleures conditions.


Emmanuel Macron a par ailleurs annoncé la suppression de la fiscalité spécifique à la grande vitesse à partir de 2023. Pour la SNCF, cela représente une économie évaluée autour de 240 M€ par an.


Quant au réseau national classique, il va bénéficier d’investissements lourds pour sa régénération et sa pérennisation. Aujourd’hui, la situation a donc évolué, et il est temps de passer à autre chose.


S’appuyant sur les préconisations du Comité d’Orientation des Infrastructures, Emmanuel Macron a décidé d’engager 6,5 Mds€ dans les 10 prochaines années pour donner un nouvel élan à la desserte TGV.


Montpellier-Perpignan, Bordeaux-Toulouse et Marseille-Nice


Ont été citées les lignes Montpellier-Perpignan, Bordeaux-Toulouse et Marseille-Nice ainsi que Paris-Normandie et Lyon-Turin. Des liaisons qui s’ajouteront aux 2 700 kilomètres de lignes que compte le réseau à grande vitesse français.


« La loi Climat et Résilience, avec la limitation des déplacements en avion lorsqu’il existe des liaisons ferroviaires inférieures de 2 h 30, va ouvrir de nouvelles opportunités de déplacement, tout comme le télétravail à longue distance », a justifié le président de la République.


Soulignant l’attachement national au ferroviaire, il a relevé que les modes de vie changeaient et que l’aventure ferroviaire serait au cœur du XXIe siècle, pour un développement plus écologique.


Enfin, dans le domaine des transports internationaux, Emmanuel Macron a fait part de sa volonté de créer un axe fluvial et ferroviaire en connexion avec les principaux ports du territoire.