• Pierre Cossard

2021 : année de consultations et de tests pour le Sytral


Bruno Bernard, président du Sytral.

06/05/2021 - Après avoir approuvé les comptes financiers de l’exercice 2020, au cours du Comité Syndical de ce 3 mai, le Sytral confirme les consultations pour ses projets de tramway et de métro, dont certaines seront pilotées par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), à la suite de sa saisine par une douzaine de parlementaires locaux.


Solidité financière


Les comptes financiers du Sytral témoignent de sa solidité financière. La pandémie a laissé des traces. Les recettes de billetterie sont passées de 272 M€, en 2019, à 179 M€ l’année dernière, et celles du versement mobilité de 372 d’euros à 353 M€, soit une baisse globale de 113 millions.


En dépit de ces déficits d’exploitation, la situation de l’épargne et l’évolution de la dette, qui passe de 644,6 à 810,2 M€, avec un ratio de désendettement qui augmente de 2,2 ans à 5,1 ans, permettent à l’Autorité Organisatrice des Mobilités d’afficher pour l’exercice 2020, un excédent financier cumulé de 153,6 M€, contre 91,8 millions l’année précédente.


Une situation saine qui lui permet d’assurer la suite de son plan de mandat.


Les projets de tramways T9 et T10 sous le regard de la CNDP

En effet, si les parlementaires de la majorité gouvernementale ont été déboutés par la (CNDP), pour ce qui est de leur principale demande, qui consistait à remettre en cause la globalité du plan de mandat voté en décembre dernier, ils ont cependant obtenu gain de cause pour les deux lignes de tramway T9 et T10.


La nomination des deux garants, Claire Morand et Jean-Luc Campagne, pour ces deux projets, demandée par le Sytral auparavant à la CNDP, reste valide.


« La seule différence, c’est que ce sera la CNDP qui pilotera la consultation, au lieu du Sytral, ce qui se traduira par des allers et retour supplémentaires et vraisemblablement un retard des dossiers de quelques mois », analyse Bruno Bernard, président du Sytral, jugeant la méthode des parlementaires locaux « surprenante ».


En revanche, ce sera donc le Sytral qui mènera la consultation concernant les prolongements du métro A jusqu’à Meyzieu, du métro B jusqu’à Rillieux-la-Pape, du métro D jusqu’à La Duchère et la création de la ligne E entre Alaï et Bellecour ou Part-Dieu.


« Elle s’étalera sur trois mois cet automne et associera les élus su Sytral, les 59 maires du territoire, les acteurs socio-économiques et de la société civile », annonce Bruno Bernard.


Berthelet, Transdev, Keolis Planche et Maisonneuve délégataires du Sytral


Le Comité Syndical a également voté les attributions de cinq délégations de service public (quatre pour Cars du Rhône et une pour le réseau TCL de l’Est lyonnais).


Pour une durée de huit ans effective à compter du 1er septembre, les délégataires retenus qui se les partagent en sont Berthelet, Transdev, Keolis-Planche et Maisonneuve.


Ces contrats ont été retenus pour les engagements des délégataires sur une réduction significative des émissions polluantes, avec notamment l’arrivée de plus de 130 autocars au GNV d’ici 2022.


Une situation qui se double d’un budget en baisse de 2 M€ par an, par rapport à la situation actuelle. Des dispositions spécifiques aux contrats sont par ailleurs prévues pour la transformation du statut du Sytral, au 1er janvier prochain, en Etablissement Public Local (EPL).


Les vélos dans les tramways


Enfin, le Comité Syndical a annoncé qu’un test sera effectué à partir du 1er juin pour six mois pour l’acceptation des vélos à bord des tramways : les dimanches et fêtes, du lundi au vendredi, avant 7 h 00, entre 9 h 00 et 15 h 00 et après 19 h 00, et les samedis avant midi et après 19 h 00.