• Michel Chlastacz

La ligne Nice-Breil, un lien vital après l’inondation


C’est une « petite ligne » internationale qui a été ouverte tardivement*, un moment abandonnée puis remise en service et qui reste pourtant insuffisamment exploitée.

Mais c’est aussi une ligne qui s’avère aujourd’hui être un lien vital après les inondations catastrophiques liées à la tempête Alex et qui ont ravagé Breil-sur-Roya et ses environs dans l’arrière-pays niçois.

Si la ligne franco-italienne Nice-Breil-Tende-Cuneo (Coni) a été coupée par des glissements de terrains entre Breil et Tende et ne devrait rouvrir que dans quelques semaines, sa section initiale entre Nice et Breil-sur-Roya (44 km) est le seul lien de transport terrestre qui a supporté le choc.

Aussi, en sus des hélicoptères qui ravitaillent les communes limitrophes et celles situées au-delà de Breil, c’est par là qu’outre les voyageurs en provenance et en direction de Nice, transite une partie des aides d’urgence. Notamment des milliers de litres d’eau minérale acheminés par navettes TER et destinés aux habitants de cette ville de 2200 habitants...

* L’ensemble de lignes Nice-Breil-Tende-Cuneo/Vintimille (144 km) avec ses impressionnants ouvrages d’art (20 km de tunnels dont certains hélicoïdaux, nombreux viaducs) et ses rampes de 25 ‰ pour franchir le col de tende (1040 m) a été achevé en 1928 alors que Tende appartenait à l’Italie. Endommagé en 1944 et fermé en 1945 il a été reconstruite et rouverte au trafic en 1979.

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale