• Jean-François Bélanger

Faure Express , première victime des Cars Macron


Après l’échec du référé déposé par Faure Express contre BlablaBus auprès du tribunal de Commerce de Lyon en ce début d’été, la société dauphinoise vient de déposer le bilan auprès du tribunal de commerce de Vienne et a été liquidée. En attendant le jugement sur le fond, toujours devant l’instance lyonnaise, en novembre prochain.

Depuis le mois de mars, les Cars Macron roulent à vide. Cette situation a provoqué une rupture brutale intervenue entre BlablaBus et Faure Express et a précipité les choses.

Faure Express avait en effet pour seule cliente cette filiale de BlablaCar. Avec plusieurs lignes, l’autocariste totalisait 7 M€ de chiffre d’affaires, et employait 49 salariés, dont 48 conducteurs en année normale.

La résiliation du contrat, en date du 17 mars, contestée par le groupe Faure, s’est suivie par l’attribution de plusieurs lignes à d’autres autocaristes.

Les conditions de rémunération ont été revues à la baisse, et certains observateurs considèrent qu’elles ne seront pas viables. En tout cas, ce sont ces procédés qui ont conduit le groupe Faure à déposer le bilan de sa filiale, à licencier les salariés et à assigner BlablaBus.

La première procédure en référé du15 juillet n’a pas statué. Ce sera au liquidateur de la société de défendre ses intérêts. Le groupe Faure demande au titre du préjudice subi par la rupture brutale de son contrat 1,7 M€. Le jugement devant le tribunal de commerce de Lyon est attendu courant novembre.

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale