• Jean-François Bélanger

Saint-Etienne, le laboratoire de Transdev


La première « Académie by Transdev » vient d’ouvrir ses portes ce 28 septembre, à Saint-Etienne. Après la première application française de mobilité « Cityway », l’installation de panneaux solaires pour alimenter en électricité les tramways, et avant la localisation de son futur siège régional, Transdev conforte la pôle stéphanois dans son dispositif.

Une quinzaine d’apprentis viennent donc de se lancer dans une formation gratuite de six mois axée sur les métiers de la mobilité des voyageurs.

Mais cette « Académie by Transdev » est surtout censé pallier la pénurie de conducteurs que rencontrent, comme d’autres opérateurs, Transdev.

En début d’année, la demande était estimée autour de 10 000. Avec le Covid, elle se situerait désormais autour des 5 000. Mais l’enjeu pour Transdev (34 000 salariés, dont 24 000 en conduite) est majeur, avec aussi le renouvellement des effectifs.

Les maîtres d’apprentissage sont recrutés « maison », sur la base du volontariat. L’opérateur compte sur sa puissance pour séduire des candidats au premier emploi autour de trois volets selon Edouard Henaut, directeur général de Transdev : « le sanitaire, le social et le développement durable ».

Et ceci sans engagement des diplômés et futurs titulaires du permis de conduire. Sur ce dernier sujet, Transdev reste toujours en l’attente du décret d’application de la Lom prévoyant l’abaissement de l’âge du permis de conduite « Transports en Commun » de 21 à 18 ans. Quant au financement, il s’inscrit dans le budget formation qui bénéficie d’un montant compris entre 4 et 5 % de la masse salariale.

D’autres Académies by Transdev

De 15 aujourd’hui, le nombre d’apprentis devait passer à 90 à Saint-Etienne d’ici la fin de l’année. Ceci avant que ne voient le jour d’autres « Académies by Transdev ».

« Nous tablons sur 250 l’année prochaine et 500 l’année suivante », calcule Edouard Henaut, avant d’ajouter : « nous en ouvrirons de similaires en Bretagne et en Ile-de-France, pour commencer ».

A Saint-Etienne, les voyants sont donc au vert, avec la STAS comme entreprise laboratoire, et le soutien des collectivités territoriales.

Par exemple, le directeur général de Transdev s’est réjoui des résultats de l’expérimentation de panneaux solaires placés sur le toit des dépôts : « à ce jour, ils fournissent 50% de l’énergie nécessaire aux tramways et nous étudions la possibilité d’étendre cette expérimentation ailleurs, eu Havre en particulier », annonce-t-il.

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale