• Jean-François Bélanger

Avec Green River Cruise, l’électrique arrive sur la Seine


Créée en 2012 à Paris, le croisiériste fluvial Green River Cruise vient de se voir livrés sur la Seine ses deux premiers bateaux à propulsion électrique.

Il fait le pari d’une flotte à 100% électrique d’ici les prochains Jeux Olympiques de 2024, avec d’autres projets de diversification et de développement dans d’autres villes françaises.

Fabriqués dans les ateliers de l’entreprise française Sunwave, à Istres (13), les deux premiers bateaux électriques, a recharge solaire viennent de faire leur apparition depuis cet été.

C’était la finalité de Green River Cruise dès sa création en 2012, mais jusque-là, la compagnie exploitait une flotte de 6 bateaux à propulsion traditionnelle, d’une capacité de 12 personnes, pour des croisières sur la Seine ou sur la Marne.

Les deux nouveaux bateaux ont une autonomie de six heures, portée à huit heures grâce au solaire. Ils glissent sur la rivière en silence mais comme les autres, sont limités à la vitesse de 12 km/h.

Pour ces deux premiers navires, il en a coûté 400 000 €. « Ils sont deux fois plus cher à l’achat mais moins cher en exploitation que des bateaux thermiques », constate Evrard De La Hamayde, co-fondateur de Green River Cruise.

La Région Ile-de-France et la Ville de Paris ont soutenu le projet. La perspective des Jeux Olympiques de 2024 figure dans l’horizon de l’entreprise. « A cette date, nous aurons nos six autres bateaux propulsés par l’électricité », selon son patron.

Aller au-delà de l’exploitation touristique

Outre les services touristiques, Green River Cruise songe déjà à trouver d’autres activités complémentaires « pour faire de Paris ce qu’est Amsterdam en matière de navigation électrique ».

Les services touristiques démarrent autour de 15 h 00, jusqu’à 23 h 00 environ. Cela laisse une large place pour d’autres services.

« Nous avons réfléchi au transport de passagers à la demande, mais se pose la question de l’accès aux pontons. Nous réfléchissons aussi à un service de messagerie pour le transport de petit colis sur le dernier kilomètre », envisage Evrard De La Hamayde.

En attendant, Green River Cruise souhaite étendre ce modèle dans d’autres villes où existe une tradition de croisière fluviale.

« Si à Strasbourg, il existe déjà du monde, nous pensons dans un premier temps à Bordeaux et à Nantes, puis à Lyon », envisage Evrard De La Hamayde.

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale