• Michel Chlastacz

Intégrer les trains de nuit dans le Plan de relance ?


Le collectif Oui au train de nuit se sent conforté par la nouvelle parole gouvernementale dans ce domaine. Après les annonces présidentielles du 14 juillet 2020, qui mettaient en avant le redéveloppement d’une offre ferroviaire de nuit sur le réseau français, Oui au train de nuit se demande désormais si « cette orientation sera concrétisée par le Plan de relance que le Gouvernement lancera ce jeudi (3 septembre 2020) et surtout si les moyens seront à la hauteur pour rattraper les retards d’investissements ».

Alors que Jean-Baptiste Djebarri, secrétaire d’État aux Transports, a indiqué que deux relations seraient relancées dès 2022 (Paris-Nice et Paris-Tarbes), le Collectif « appelle l’État à une relance ambitieuse et diversifiée [...] à l’horizon 2030 avec un axe fort (celui) de relier les régions entre elles par des liaisons transversales et les connecter à l’Europe ».

Oui au train de nuit, qui préconise la mise en place de 15 lignes nationales et de 15 lignes intra-européennes incluant le réseau français, estime qu’un investissement de 1,5 Md€ sur dix années serait nécessaire pour retrouver une offre de qualité avec un parc - neuf ou rénové - de 750 voitures-lits, voitures-couchettes et voitures à sièges inclinables.

Le Collectif demande aussi une fiscalité plus équitable entre modes de transport et propose la réduction de la TVA sur les billets de trains et une redevance de type « pollueur-payeur » sur les billets d’avion.

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale