• Michel Chlastacz

Décisif coup de pouce européen pour la modernisation de la ligne des Tatras


Avec près de la moitié du montant d’une facture qui s’élève à plus de 360 M€, les Fonds de cohésion européens contribuent plus que largement à la modernisation de 116 km des 147 km du parcours de la ligne de montagne des Tatras qui relie Cracovie à la station d’altitude de Zakopane* située dans le massif des Tatras.

Une modernisation lancée en 2017 avec remplacement de la voie, remise à niveau de la caténaire et de la signalisation, installation de l’ERTMS, réfection de 36 gares et haltes, de six ponts et de deux viaducs.

L’objectif est de passer la vitesse maximale des trains de voyageurs à 100 et 120 km/h selon les sections au lieu de 80-90 km/h et de ramener le temps de trajet à moins de 2 h 30 au lieu de près de 3 h 30.

C’est la première étape - qui s’achèvera en 2022 - d’un projet qui devrait se poursuivre dès 2023 par la construction d’une section de ligne nouvelle (58 km avec 11 tunnels et 8 estacades) afin de shunter de 25% le parcours actuel.

Une construction réalisée par un consortium associant le groupe français Egis avec son partenaire local MGGP (voir www.mobilitesmagazine.com le 16 janvier 2019) assortie de modernisation des lignes existantes liées à l’axe Cracovie-Zakopane qui réduirait le temps de parcours à 1 h 30. Pour un coût estimé à 1,7 Md€, la part des fonds européens étant à déterminer...

* Ouverte par étapes de 1884 à 1899 avec un système de rebroussements en gares qui limite le nombre d’ouvrages d’art. Précédemment expérimenté au Pérou par Ernest Malinowski, constructeur de la Ligne des Andes.