• Hubert Heulot

Les Pays de la Loire remboursent le non-transport scolaire du printemps


Son système informatique en a explosé. La Région des Pays de la Loire rembourse les familles pour le transport scolaire dont elles n’ont pas bénéficié ce printemps, à cause du confinement. 20 euros sur les 110 par an par enfant. Une mesure globale coûtant 3 M€. « Et une décision qui vise avant tout à préserver le pouvoir d’achat des familles », souligne la Région.

Une famille sur deux s’est manifestée

La moitié de celles utilisant le transport scolaire, 56 000 sur 118 000 exactement, a fait sa demande de remboursement. La Région vient de redire aux autres qu’elles ont jusqu’au 30 septembre pour le faire elles-aussi. Un rappel pas inutile dans la mesure où, un temps, le système informatique dédié de la région a bloqué.

Mis en place il y a un an pour enregistrer les inscriptions au transport scolaire, il n’a pas pu gérer autant de connexions simultanées. Une plateforme parallèle, réservées aux remboursements a dû être créée en urgence. « J’en suis désolé pour les familles mais elles doivent se recréer un compte sur cette plateforme », indique Roch Brancour, vice-président Transports de la région.

En moyenne, 10% de l’abonnement annuel

Les Pays de la Loire sont une des rares Régions à avoir procédé à ce remboursement à la suite du confinement. Bien sûr, pas les quatre (Centre Val de Loire, Hauts de France, Bourgogne Franche-Comté, Grand-Est) où il est entièrement ou partiellement gratuit.

Plusieurs éléments ont fait hésiter les autres. Bien sûr le montant, faible, des sommes en jeu. De l’ordre de 10% de l’abonnement annuel, indique Régions de France. « Mais la vitesse à laquelle les familles nous ont demandé d’être remboursées, en dépit des difficultés techniques dans les connexions sur internet, nous prouve que nous avons eu raison de le faire », juge Roch Brancour.

D’autres régions ont pensé appliquer une réduction ou une non-augmentation sur les tarifs de l’année à venir. Mais d’une année sur l’autre, des familles différentes sont concernées.

Autre difficulté, ce remboursement ajoute une charge de travail sur les épaules des services transports des régions, fort occupés, comme d’habitude, à préparer la rentrée. Notamment cette année, avec des règles sanitaires qui n’ont été finalement arrêtées que le 11 août dernier.

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale