• Jean-François Bélanger

La SNCF teste la température de ses clients


L’opérateur ferroviaire a décidé de profiter de la période estivale pour engager une vaste campagne de test pour vérifier la bonne santé de ses voyageurs. Au cas où, à la rentrée, ce dépistage s’avèrerait nécessaire.

Jean-Pierre Farandou avait été le premier à demander, devant le Sénat, l’exigence pour les voyageurs du port du masque obligatoire, alors que la période du confinement battait encore son plein.

Le transporteur ferroviaire ne veut pas être pris de court au moment où le déconfinement montre des signes de relâchement assorti d’une relance de la transmission du Covid-19.

Au moment aussi où le gouvernement installe une liste de 16 pays « écarlates », avec l’installation de tests en aéroport à l’arrivée des avions.

Le dispositif expérimental de la SNCF est en place depuis fin juillet et début août dans trois gares parisiennes : gare de Lyon, gare de l’Est et Paris Montparnasse. Ils concernent des clients volontaires et majeurs qui souhaitent faire tester leur température avant d’embarquer à bord des TGV INOUI.

Grâce à la technologie, cette vérification est effectuée à distance au moyen d’une « borne-santé » sans contact. Au bout de quatre secondes, le résultat est obtenu. Le seuil d’alerte retenu est celui de 38,5°.

Au-delà, une notification est envoyée aux agents SNCF. Le client peut demander une nouvelle prise de température au moyen d’un thermomètre frontal cette fois. Ensuite, soit il décide de reporter ou annuler son voyage sans frais, soit la SNCF lui fournit un masque chirurgical et une dose de gel hydroalcoolique pour lui permettre la poursuite de son voyage. En la matière, le transporteur garantit la protection des données de ses clients.