• Michel Chlastacz

Avec la digitalisation la Deutsche Bahn espère un tiers de capacités supplémentaires


Avec 40 000 trains qui circulent par jour, le réseau ferré allemand se trouve à quasiment à 100% de ses capacités. Voire jusqu’à 140% sur les lignes les plus chargées (comme celles entre Cologne et Dortmund), une situation qui explique les problèmes récurrents de retards qui sont subis par les voyageurs sur certains axes.

Dans ce contexte, le projet Rail 2030 que l’État fédéral allemand finance à hauteur de 86 Mds€ sur vingt ans apporte un ensemble de solutions en matière d’infrastructures.

Mais aussi de « digitalisation » du réseau, a expliqué récemment Philipp Bührch, directeur du secteur Digital Rail de DB Netz (équivalent allemand de SNCF Réseau) lors d’un entretien avec notre confrère néerlandais RailTech.com.

Selon les études de DB Netz, axe par axe, la seule généralisation de l’ERTMS sur les axes principaux du réseau - notamment sur les lignes qui sont géographiquement intégrées dans les grands corridors paneuropéens traversant l’Allemagne - devrait apporter plus de 20% de capacités supplémentaires et cela sans aucune création de voies ou de lignes nouvelles, grâce aux sillons supplémentaires rendus possibles par la suppression du cantonnement rigide de la de la signalisation classique et à une plus rapide rotation des matériels.

Un apport de capacités qui pourrait être porté jusqu’à 35 % au total avec la centralisation renforcée de la gestion des lignes et des circulations.