• Pierre Cossard

Les autocaristes finalement intégrés au Plan Tourisme


Initialement écartées du Plan Tourisme présenté par le Premier ministre Edouard Philippe le 14 mai dernier, « les entreprises de transport public routier collectif qui exercent dans le secteur touristique » l’ont finalement réintégré.

C’est du moins ce qu’ont annoncé Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat chargé des Transports et Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères le 29 mai 2020.

Il aura fallu, pour en arriver là, une forte mobilisation à différents échelons. Au Sénat par exemple, qui avait abordé le sujet en séance publique le 26 mai, au sein des différentes instances représentatives de la profession (FNTV, OTRE, Réunir), mais aussi dans la rue, car les mêmes opérateurs franciliens qui avaient organisé une opération « escargot » le 18 mai dernier sur le périphérique parisien, promettaient une manifestation encore plus importante le 3 juin prochain…

Concrètement, les entreprises concernées devraient désormais pouvoir bénéficier des mesures suivantes :

• Maintien du dispositif d'activité partielle au taux maximum jusqu'à la fin du mois de septembre 2020 (au-delà de septembre, les conditions pourront être revues le cas échéant) ; • Bénéfice du fonds de solidarité pour les TPE qui y sont éligibles (moins de 20 salariés et moins de 2 M€ de chiffre d'affaires) jusqu'à la fin de l'année avec une aide augmentée jusqu'à 10 000 € ; • Confirmation des exonérations de charges sociales pour les mois de mars à juin pour les PME-TPE, complétées par un crédit de cotisations représentant 20% des salaires versés sur ces 4 mois ; Par ailleurs, les deux secrétaires d’Etat ont aussi annoncé que des instructions avaient été transmises aux services régionaux de l'Etat en vue de traiter avec discernement les situations d'entreprises pour lesquelles le respect de l'exigence de capacité financière peut être compromis du fait de la crise.

Enfin, l'Etat s'est engagé à ce que le secteur bénéficie - dans les prochains jours - de la prolongation des reports d’échéances bancaires de 6 à 12 mois.