• Pierre Cossard

11 mai 2020 : assouplissement plutôt que déconfinement


Le déconfinement va effectivement commencer (très) progressivement à compter du 11 mai prochain, comme l’a indiqué le Premier ministre Edouard Philippe dans son allocution aujourd’hui 7 mai 2020.

Le processus sera très progressif, car les régions Ile-de-France, Grand Est, Haut-de-France et Bourgogne-Franche Comté sont toujours dans le rouge en matière épidémiologique.

De tous les ministres qui se sont relayés aux côtés du premier d’entre eux, on retiendra d’abord le discours d’Elisabeth Borne, concernant les transports.

Pour les transports collectifs urbains, celle-ci envisage une rapide montée en puissance de l’offre, combinée à une limitation de la demande. L’exemple de la RATP, visiblement préoccupant, est ainsi révélateur de la stratégie mise en œuvre : remonter à 75% de la capacité et limiter la fréquentation à 15%. L’inverse de ce qui est programmé dans les relations interrégionales, qui plafonneront à 20/30% de leur capacité d’ici juin.

Le train de mesures envisagées pour obtenir une fréquentation minimale des transports urbains comprend : le recours massif au télétravail ; un étalement des entrées et sorties des entreprises ; la nécessité de posséder une attestation de l’employeur pour l’usage des transports en commun aux heures de pointe ; et une régulation des entrées dans les gares et stations.

Enfin, le port du masque est maintenant obligatoire pour les + 11 ans dans tous les transports publics.

A peine deux mois après nous avoir expliqué - comme d’autres - l’inutilité du masque, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, est ainsi venu annoncer qu’une amende de 135€ serait désormais encourue par tout contrevenant n’en portant pas dans les transports.

Même tarif pour ceux ne disposant pas d’attestation aux heures de pointe ou n’ayant pas réservé leur place de TGV… Il a ainsi annoncé la mobilisation nationale de quelque 20 000 policiers pour aider à la régulation des flux dans les transports.

Enfin, puisque le virus semble désormais avoir un passeport (« Le virus ne se déplace pas tout seul… », dixit Christophe Castaner), le ministre de l’Intérieur a précisé que les frontières de l’espace Shengen resteraient fermées jusqu’à nouvel ordre, et que les restrictions aux frontières nationales étaient maintenues.