• Christine Cabiron

Christian Juhel, directeur de la S.T.R.A.N.

Propos recueillis le 27 avril 2020

La Société des transports de l’agglomération nazairienne prévoit de relever le niveau d’offre à 73% le 11 mai 2020. La vente à bord des bus restera suspendue. L’entreprise mise sur la location de vélos à assistance électrique pour « capter » une partie des déplacements individuels. Témoignage de Christian Juhel, directeur de la STRAN.

Mobilités Magazine : quel est le niveau d’offre actuel sur le réseau hélYce ?

Christian Juhel : depuis le 18 mars, nous assurons 30% des services, ce qui correspond à une à une prestation du dimanche. Nous avons décidé de desservir chaque jour les dix communes de l’agglomération pour assurer la continuité territoriale. Nous avons réduit l’amplitude horaire. Actuellement, le réseau fonctionne de 8h à 20h. Nous avons mis en place un transport à la demande destiné aux soignants, lequel fonctionne tous les jours de 19h à 8h30. Ce service est utilisé quotidiennement par une soixantaine de salariés de la cité sanitaire.

MM : quelles sont vos ressources humaines pour assurer le service ?

CJ : nous n’avons jamais eu de difficulté pour mobiliser les équipes. La STRAN gère trois activités : le transport public, le stationnement (de surface et en enclos) et la location en longue durée de vélos à assistance électrique. L’entreprise emploie 230 salariés, dont 160 conducteurs. Nous avons déclaré 198 personnes en activité partielle. Pour assurer l’offre de 30%, nous avons réparti le travail plus harmonieusement possible entre les salariés. Une trentaine de personnes travaillent tous les jours. C’est le cas des sept membres du comité de direction qui sont physiquement présents tous les jours dans l’entreprise. Nous ne nous voyions pas donner des consignes en restant chez nous.

MM : qu’a-t-il été décidé pour le stationnement et la location de vélos ?

CJ : à la demande de la ville de Saint-Nazaire et de la Carene, le stationnement de surface a été rendu gratuit le 18 mars et nous avons ouvert les parkings en enclos. Nous avons suspendu la location des vélos à assistance électrique pendant le confinement. En sachant que sur les 1650 que nous gérons, 1040 sont loués. Le 11 mai 2020, nous allons miser sur ce mode de déplacement individuel. Nous prendrons des rendez-vous pour mettre à disposition les 610 VAE encore disponibles à la location. Je suis certain que l’ensemble du parc sera loué en très peu de temps.

MM : quel est l’impact du confinement sur la fréquentation du réseau urbain ?

CJ : en 2019, nous avons transporté plus de 10 millions de voyageurs (+4%). Du fait du Covid-19, la fréquentation s’est effondrée. Nous ne transportons plus que 5% de passagers. Cela représente entre 6 et 7 personnes par bus et une vingtaine dans notre BHNS. Nous travaillons un peu à contre-courant en ce sens où nous n’essayons pas de transporter le plus de personnes possible.

MM : quelles mesures sanitaires avez-vous déployées ?

CJ : les partenaires ont sollicité un CSSCT extraordinaire le 5 mars. A cette date, nous étions loin d’imaginer ce qu’allions mettre en place … Nous avons arrêté la vente à bord, interdit la montée par la porte avant, condamné les 1ers sièges derrière le poste de conduite, relevé les vitres anti-agression.

MM : que va-t-il se passer le 11 mai 2020 lors du déconfinement ?

CJ : nous maintiendrons l’interdiction de monter par la porte avant et le confinement du poste de conduite. Dans les véhicules non équipés de vitre anti-agression, nous allons installer une paroi en plexiglas. La vente à bord sera suspendue jusqu’au 30 juin 2020. Pour ce qui de l’offre, nous assurerons 73% des services. Ce qui ne devrait pas nous poser de problème en matière d’effectif car nous avons estimé à 15% le taux d’absentéisme pour garde d’enfant, pathologie à risque ou maladie.

MM : quelles mesures allez-vous prendre pour rassurer la clientèle ?

CJ : nous allons continuer de communiquer sur le nettoyage et la désinfection des véhicules. En sachant que le terme désinfection est tout autant positif qu’anxiogène. Les gens se disent que si les bus sont désinfectés, c’est qu’ils sont contaminés. Je ne pense pas qu’il y ait un afflux massif de clients dans nos bus. Les seniors ne devraient pas se précipiter dans les transports en commun et nous n’avons pour l’instant aucune visibilité sur le transport scolaire. La reconquête de la clientèle sera un travail de longue haleine.

MM : quelle est l’ambiance dans l’entreprise ?

CJ : le Covid-19 n’a pas altéré les relations sociales et l’ambiance dans l’entreprise est bonne. La présence des cadres dans l’entreprise a donné confiance. Nous avons beaucoup communiqué en direction des salariés. Nous diffusons des flashs infos qui reprennent nos actions et les mesures décidées avec les partenaires sociaux. Il n’empêche qu’il y a forcément de l’angoisse. Nous avons mis en place un soutien psychologique avec Bruno Tordjeman. Ce psychologue dispense régulièrement dans l’entreprise des formations sur sur la gestion du stress, des situations conflictuelles.

MM : qu’est-ce qui est le plus dur à gérer dans une telle crise ?

CJ : nous avons des moments de doute quant à savoir si les décisions prises sont les bonnes. L’équilibre est très fragile par rapport à cette épidémie et les risques de contamination. Par contre, il y a une dynamique au sein de l’entreprise. Les salariés sont absolument remarquables dans l’exécution de la mission de service public. Je le dis avec force. Il faut néanmoins rester vigilant car il y a de nombreuses incertitudes quant à l’avenir. Ces inquiétudes peuvent un peu gangréner la dynamique.

MM : qu’est-ce que cette crise à révélé ?

CJ : sans conteste, nos dépendances vis-à-vis de nos systèmes d’approvisionnement de matériel. Avant la crise, nous avions quelques stocks de masques, lignettes et gel hydroalcoolique que nous avons utilisés depuis. Nous avons recommandé 50 000 masques et des aérosols pour désinfecter les véhicules par nébulisation via la Centrale d’achat du transport public. Ces commandes sont en attente car beaucoup de ces équipements arrivent de Chine.

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale