• Jean-Philippe Pastre - Pierre Cossard

Le Ministère des Sports donne ses préconisations pour le vélo


Dans un communiqué de presse daté du 30 avril 2020, le ministère des Sports publie ses recommandations, dans la continuité des annonces du Premier ministre mardi 28 avril, et des consignes du Haut Conseil de la santé publique.

S'il est ainsi « possible de pratiquer une activité sportive individuelle de plein air à parir du 11 mai », les règles de distanciation physique sont adaptées. Et pour l'usage du vélo, leur impact est réel.

Selon le communiqué « les critères de distanciation spécifiques entre les personnes sont les suivantes : une distance de 10 mètres minimum entre deux personnes pour les activités de vélo et de jogging ».

Une précaution logique au vu de l'activité cardio-respiratoire induite par l'usage de la bicyclette, même dans le contexte de son utilisation comme moyen de transport et non comme objet de loisir sportif.

Et une préconisation qui ne surprendra pas en revanche ceux qui ont pris le temps de lire une récente publication scientifique belgo-néerlandaise, qui donnait justement ce type d’indications en matière de distanciation physique.

Une limite potentielle, et sérieuse, à la « massification » de l'usage du vélo sur les voies réservées, fussent-elles élargies, que le CEREMA, certaines collectivités, et tous les élus écologistes promeuvent en ce moment.

D’ailleurs, le même jour, le ministère de la Transition écologique et solidaire annonçait un plan de 20 M€ pour faciliter la pratique du vélo : prise en charge exceptionnelle jusqu’à 50€ d’un montant hors taxe pour la remise en état d’un vélo auprès d’un réparateur référencé ; prise en charge jusqu’à 60% des coûts d’installation de places de stationnement temporaire pour vélos ; formations gratuites « coup de pouce remise en selle » pour apprendre à circuler en sécurité ; accélération de la mise en place du forfait mobilités durables.

Preuve parfois, que le pied gauche ne pédale pas tout à fait à la même vitesse que le droit…