• Michel Chlastacz

Le Gouvernement tchèque suspend la concurrence ferroviaire voyageurs


Comme son voisin autrichien, la République tchèque semble vouloir rebattre les cartes en matière de politique ferroviaire, plus précisément dans le domaine de la concurrence sur le marché des voyageurs.

Le 22 avril 2020, Karel Havlick, ministre tchèque des Transports, a annoncé que des négociations étaient actuellement en cours entre l’opérateur ferroviaire national CD (Ceské Drahy) et l’un de ses concurrents privés, Leo Express.

Ces négociations sont lancées dans l’optique de la mise en œuvre d’un futur « partenariat stratégique » entre les deux entreprises. Un partenariat qui inclurait également les services d’autocars interurbains actuellement opérés par Leo Express en République tchèque comme dans certains des pays voisins.

Cette ouverture éventuelle sur les marchés voyageurs internationaux ferroviaires et routiers intéresserait fortement les CD qui sont à la recherche d’une diversification de leurs activités. Et cet intérêt est un atout entre les mains de Leo Express dans les négociations.

Une perspective vitale pour l’opérateur alors que le trafic ferroviaire national - et surtout international - du groupe a chuté de 95% depuis la crise sanitaire*.

Une nouvelle coopération avec Leo Express pourrait offrir aux CD des ouvertures en matière d’exploitation comme de coordination rail-route dans les trafics régionaux et inter-régionaux.

* La livraison des rames commandées au Chinois CRRC a pris du retard en raison de l’épidémie.