Fond-MM_edited.jpg
  • Christine Cabiron

Laurent Senigout, DG de Keolis Rennes

Propos recueillis le 17 avril 2020

A Rennes, le réseau STAR fonctionne au ralenti. La reprise de l’activité est à l’étude. Mais en l’absence de précisions concernant la reprise des écoles et des conditions sanitaires qu’il faudra respecter, construire une offre est complexe. Explications de Laurent Senigout, directeur général de Keolis Rennes.

© Nicolas Joubard.

Mobilité magazine : quel est le niveau d'offre actuel à Rennes ?

Laurent Senigout : depuis le 18 mars, nous assurons 35% des services. Ils ont été centralisés sur les lignes les plus structurantes. Le métro fonctionne normalement (avec moins de rames), de 5h à 0h30 car il dessert le CHU. Les grandes surfaces commerciales sont desservies par des lignes de bus structurantes de 6h30 à 20h30. Actuellement, nous avons perdu 90% de la fréquentation : nous oscillons entre 20 000 et 28 000 voyages par jour, contre 330 000 à 350 000 voyages en temps normal.

MM : quelle est l'organisation en interne ?

LS : selon les jours, entre 330 et 350 salariés sur un effectif total de 1100 travaillent. Entre 70 et 80 sont en télétravail et 85 personnes sont en chômage partiel. Nous avons demandé à l'ensemble du personnel de déstocker les congés, les repos et les comptes épargne temps. C'est une question de solidarité tant au niveau de l'entreprise, mais aussi vis-à-vis de l'Etat et de la collectivité. Notre personnel a joué le jeu. Le recours au chômage partiel va s'intensifier dans les semaines qui viennent car le niveau d'offre restera réduit jusqu'au 11 mai. Les salariés qui travaillent ont un grand mérite car nous leur avons imposé de nombreuses contraintes. Nous avons modifié l'organisation des journées de travail et des services. Il y a également des contraintes liées aux opérations de nettoyage et de désinfection. A la maintenance, nous avons réparti les heures de prises de service pour limiter le nombre de personnes dans les ateliers.

MM : quelle est l'ambiance dans l'entreprise ?

LS : l'ambiance est studieuse et concentrée. Les salariés respectent bien les gestes barrière. Franchement, nous so