• Michel Chlastacz

La FNAUT craint le « retour au tout-voiture » après le confinement


La Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports demande « le redémarrage des transports publics dès le début du déconfinement et de la reprise des activités ». Un retour qui soit à la fois anticipé et préparé, afin de ne pas se trouver face à un retour massif du « tout voiture ».

Afin d‘éviter un afflux incompatible avec les normes sanitaires que doivent respecter voyageurs (port du masque) et exploitants (désinfection des véhicules), la FNAUT demande la « poursuite du télétravail et l’étalement des heures de pointes » par décalage des « horaires des administrations, écoles, crèches et entreprises ».

Une remise en route massive des transports collectifs donc, mais avec une offre adaptée en volume, des matériels à grande capacité et de fortes fréquences limitant la promiscuité, et « précéder la demande pour faire revenir les usagers et éviter un retour massif à la voiture ».

Une stratégie qui nécessite « des choix favorables au transport public » alors que les Autorités Organisatrices sont « affaiblies par la baisse des recettes (en attendant celle) du Versement Transport des entreprises [...] que l’État doit compenser ».

Collectivités, AO et exploitants devront également « faire des efforts de productivité, abandonner la gratuité au profit d’une tarification solidaire, reporter des travaux routiers et affecter les recettes de stationnement au transport public »*.

* La FNAUT préconise aussi de « retourner à des techniques simples et éprouvées » comme le trolleybus.