• Pierre Cossard

Kisio analyse la baisse des déplacements


A partir des données GPS et dans le respect du RGPD, Kisio et Roland Berger ont publié le 10 avril 2020 une analyse des déplacements de 1 000 000 personnes réparties sur toute la France entre le 1er février et le 31 mars 2020.

Cette étude souligne que le confinement a - fort logiquement - modifié profondément les habitudes de mobilité. Ainsi, les déplacements ont diminué de près 80% sur l’ensemble du territoire, et de manière assez uniforme.

L’Ile-de-France est la région où les déplacements ont le plus diminué (-83%), la Bretagne, le Centre-Val de Loire, la Nouvelle Aquitaine et la Corse sont celles où la baisse a été la moins importante à 77%.

La baisse est plus sensible pour les transports en commun que pour les véhicules individuels. Dès le premier jour du confinement en Ile-de-France, les transports en commun ont ainsi connu une diminution de 85%, qui n’a cessé de s’amplifier.

Les déplacements en automobile ont pour leur part moins diminué (-72% le premier jour du confinement en Ile-de-France), ce qui a fortement fait progresser la part modale de l’automobile (+10 points).

Les Français ont en moyenne légèrement raccourci les distances parcourues : 52% d’entre eux (contre 47% avant le confinement) effectuent des déplacements de moins de 5 kilomètres.

En termes de prévisions, l’étude estime à 2,6 Mds€ les recettes en moins pour les transports en commun en 2020 selon une hypothèse pessimiste si l’activité redevient normale seulement en fin d’année. La baisse serait limitée à 1,8 Md€ en cas de reprise économique avant l’été et d’un retour à la normale à la rentrée.