Fond-MM_edited.jpg
  • Christine Cabiron

Jean-Philippe Lally, DG de la CTS

Propos recueillis le 8 avril 2020

La Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) commence à réfléchir à la sortie de crise après avoir réduit sont offre à 35% et instauré une nouvelle organisation du travail. Interview de Jean-Philippe Lally, directeur général de la CTS.

Mobilités magazine : quelle est l’organisation actuelle des transports publics strasbourgeois ?

Jean-Philippe Lally : nous avons réduit l’offre à 30% en une seule fois, puis nous l’avons portée à 35% de manière ciblée pour répondre aux besoins des personnels soignants. Non pas par la création de services spécifiques mais en ajoutant des renforts aux périodes d’entrée et de sortie des établissements de santé et hospitaliers. Nous avons aussi un peu étendu le transport à la demande. Nous avons une amplitude de 6h à 20h, excepté pour les services pour les soignants qui fonctionnent de 5h à 22h. C’est un réseau un peu hybride. Par ailleurs, nous avons arrêté le tram qui dessert la ville de Kehl en Allemagne du fait de la fermeture de la frontière.

MM : quel est le niveau fréquentation aujourd’hui ?

JPL : la chute est spectaculaire. Nous transportons entre 10 et 15% de la clientèle qui s’élève en temps normal à 480 000 voyageurs par jour. Néanmoins, nous sommes confrontés à des usages du réseau que je qualifierais d’incivils. Il y a des personnes qui à l’évidence utilisent les transports publics pour contourner les restrictions de déplacement et le confinement. Aussi, avec les partenaires sociaux nous avons alerté la préfecture et la police pour signaler ces situations qui engendrent des problèmes dans les véhicules car il est difficile de maintenir les distances de sécurité. Depuis des contrôles sont organisés à intervalle régulier.

MM : quelle est l’organisation interne de la CTS ?

JPL : l’entreprise emploie 1570 salariés dont 990 conducteurs. A l’exploitation, les prises et fin de service ont lieu dans les dépôts. Chaque jour un peu plus de 400 conducteurs prennent le volant. Ils ont une durée de travail d’environ 60% de la normale. L’exploitation du tramway reste pour sa part inchangée. Au PC, nous avons adapté les effectifs sur la base d’un système de roulement pour limiter les risques de contagion. A la maintenance, nous nous sommes organisés pour pouvoir faire face aux pannes et difficultés diverses. Nous veillons au bon état des infrastructures et du matériel dans l’optique de la reprise normale du service. Nous avons par ailleurs mis en place tout un arsenal de moyens pour protéger nos salariés. Les véhicules sont désinfectés et aérés pendant 4h tous les jours. Nous avons distribué du gel et des masques.

MM : avez-vous recours au télétravail ?

JPL : oui, pour le personnel administratif qui a du travail. L’un des points positifs de cette crise est que nous constatons qu’il y a des outils technologiques qui permetten