• Pierre Cossard

Jean-Franck Cornac, directeur Mobilité-Proximité Occitanie

Propos recueillis le 10 avril 2020

Face à la crise sanitaire qui paralyse aujourd’hui l’ensemble des transports collectifs dans l’Hexagone, les régions se sont retrouvées tout de suite en première ligne, en tant qu’autorités organisatrices de mobilité. Rencontre avec Jean-Franck Cornac, directeur de Mobilité-Proximité en Occitanie.

Mobilités Magazine : Comment la région s’est-elle mise en ordre de bataille pour faire face aux conséquences du confinement décrété le 17 mars dernier ?

Jean-Franck Cornac : En fait, dès le 13 mars, nous sommes convenus avec la FNTV et l’OTRE d’une indemnisation des transporteurs effectuant des services pour le compte de la région à hauteur de 100% des termes fixes pour les nouveaux contrats et de 80% pour les autres. Par ailleurs, nous avons mis en place avec Jean-Luc Gibelin, le vice-président Transport du conseil régional, le principe d’une télé-réunion hebdomadaire. Concernant le transport scolaire par exemple, la région estime à une trentaine de millions d’euros le coût de ces indemnisations.

MM : Comment vos services se sont-ils organisés dans ce contexte nouveau ?

J-FC : Nous avons mobilisé une trentaine de collaborateurs en télétravail. Cela s’est fait de façon rapide, car nous étions déjà outillés pour ce type de situation.

MM : L’Occitanie vient de lancer un service de transport à la demande à destination des personnels soignants, comment l’avez-vous organisé ?

J-FC : C’était notre devoir en tant qu’autorité organisatrice. Nous l’avons mis en place le 6 avril dernier. Il fonctionne 7 jours sur 7 et 24 heure sur 24 avec un numéro vert qui renvoie vers 13 centrales de réservation, avec une réservation à J-1. Il s’appuie sur 140 zones bien identifiées et 87 transporteurs. Par ailleurs, en tant qu’autorité organisatrice, nous fournissons aux entreprises concernées du matériel de protection que ces dernières viennent récupérer.

MM : Comment avez-vous construit ce service dans le contexte difficile du moment ?

J-FC : Nous avions proposé des contrats sans mise en concurrence, rémunérés sur la base du kilométrage parcouru. Les entreprises qui ont répondu à notre appel ont finalement décidé de ne nous facturer que le carburant consommé. C’est un effort de solidarité qui a été très apprécié. Finalement, le coût estimé pour la région devrait être de l’ordre de 2,5 M€.