• Michel Chlastacz

L’East Coast Main Line en voie de digitalisation


Network Rail, le gestionnaire d’infrastructures du réseau ferré britannique, lance un programme de « digitalisation » de l’axe majeur dit ECML comme East Coast Main Line qui sera concrétisé, en autres par l’installation de l’ERTMS 2.

Programme d’un montant considérable (900 M£, soit 1 Md€) et qui sera notamment mis en œuvre par Siemens Mobility et Atkins pour l’installation du « cab-signal » dans les matériels roulants qui empruntent la ligne. Siemens réalisera aussi les installations au sol (balises, etc.) pour un montant de 200 M€.

Il s’agit de remplacer le système de signalisation automatique analogique et le centre de contrôle installés en 1977-1980 avec l’électrification de l’ensemble de l’itinéraire (637 km) de 1976 à 1990.

L’ECML, l’un des deux itinéraires emblématiques* entre Londres et l’Écosse, est l’une des plus chargées du réseau britannique, certaines sections drainant 300 circulations journalières.

Le tiers de la population et 41% du PIB de la Grande-Bretagne sont concentrés à vingt minutes des gares desservies par l’ensemble de lignes (itinéraires-bis inclus) intégrés dans l’ECML, avec des trafics annuels de 80 millions de voyageurs et de 10 millions de tonnes de fret.

* C’est sur l’ECML que le record du monde en traction vapeur (100 mph soit 162 km/h) a été battu en 1938 par la locomotive Mallard. Événement rappelé par un grand panneau aux abord du lieu du record.