• Michel Chlastacz

Pour l’AFRA, « la filière fret ferroviaire d’intérêt vital »


Confinement oblige, les trafics ferroviaires voyageurs sont maintenus a minima mais le fret fonctionne. Les responsables de corridors paneuropéens passant par le réseau ferré français ont, dans leurs bulletins de suivi des trafics, exposé en sus des informations habituelles, les conditions sanitaires du travail des agents de conduite et des autres personnels dans les gares et triages des pays desservis.

Aussi, le 23 mars 200, l’Association Française du Rail (AFRA), qui regroupe les entreprises ferroviaires indépendantes, a rappelé que « l’activité de fret ferroviaire est vitale pour assurer l’approvisionnement des entreprises et de la population. Elle permet [...] le transport massif de carburant, la circulation des caisses mobiles la nuit, le transport frigorifique des produits destinés à la grande distribution [et] des céréales pour la fabrication de la farine et du pain.

Aussi elle doit être déclarée d’intérêt vital par le gouvernement [avec] des mesures spécifiques telles que le maintien des circulations de nuit par SNCF Réseau, la mise à disposition de chambres pour les conducteurs hors résidence et la fourniture de moyens de protection pour assurer la sécurité sanitaire des personnels des entreprises de fret ferroviaire.

Par ailleurs il est impératif que tout soit mis en œuvre pour assurer le maintien en toute sécurité de l’activité transfrontalière de fret ferroviaire ».

D’autant qu’un train représente l’équivalent de dizaines de camions conduits par plus de chauffeurs qui nécessitent plus de contrôles, peut-on ajouter ...