Fond-MM_edited.jpg
  • Jean-Philippe Pastre

Des services complémentaires du transport public


L'Allemagne réfléchit à la pertinence des offres de micro-mobilités. Le Ministère fédéral des Transports et des infrastructures numériques, dans le cadre d'une étude stratégique sur le thème de la mobilité et des carburants, a mandaté PTV Group (sis à Karlsruhe) d'un projet de recherches.

Il a représenté deux ans de travaux associant PTV Group, Fraunhofer Institute for Systems and Innovation Research, et la société M-Five.

Les questions posées sont simples : Comment ces nouveaux services vont-ils interagir avec les modes de transport traditionnels (à l'échéance de 2030, voire de 2050) ? et Quel sera leur impact sur l'environnement et la mobilité ?

L'institut PTV Group, partant d'une analyse exhaustive des offres existantes ainsi que des données des enquêtes ménages réalisées en Allemagne en 2017, a envisagé deux scénarios : un scénario A où le changement d'usage suit une approche tendancielle dans un contexte de « laisser-faire » réglementaire, plus une seconde option dans le scénario B où ces services sont intégrés de façon ciblée et active dans l'offre de transport public.

A ces scénarios, se croisent des approches territoriales suivant la densité de l'habitat. A l'horizon 2030, selon le scénario A, le kilométrage parcouru (tous modes confondus) baisse de 1,8%, tandis que dans scénario B il chute de 8%.

Effet encore plus spectaculaire sur les émissions de gaz à effet de serre : -1,8% en scénario A et... -13% dans le scénario B !