• Jean-François Bélanger

Grenoble : Poma va jouer à domicile


Alors que l’industriel isérois installe ses systèmes de transport par câble dans le monde entier, c’est le groupement conduit par Poma qui vient d’être retenu par le Syndicat Mixte des Mobilités de l’Aire Grenobloise (SMMAG). A deux pas de son siège social de Voreppe il est prévu l’installation d’un métrocâble pour 2023, mais des recours pourraient retarder le calendrier.

C’est l’une des premières décisions prises par le SMMAG qui vient de succéder au 1er janvier au Syndicat Mixte des Transports en Commun (SMTC). L’autorité Organisatrice s’élargit désormais, au-delà de la Métropole, aux intercommunalités du Grésivaudan et du pays Voironnais, soit 134 communes.

A terme, il est prévu qu’elle intègre d’autres intercommunalités, soit 314 communes. A ce moment, la SMMAG organiserait la mobilité de plus de 800 000 habitants. Cette décision a été entérinée par le dernier conseil syndical, réuni en fin de semaine dernière, et notamment par la commission des appels d’offres qui l’a prise à l’unanimité.

La liaison par câble entre Fontaine et Saint-Martin-le-Vinoux, enjambant la presqu’île scientifique, l’autoroute A480, la voie ferrée… est un projet qui remonte à une dizaine d’années avec, cependant, plusieurs variantes imposées au fil du temps par diverses associations de riverains.

Mais, en dépit de propositions de sociétés concurrentes, le choix de Poma semblait naturel pour les observateurs. Elle sera réalisée en seize minutes pour une fréquentation estimée à 5 000 passagers par jour au début puis 8 500 à terme, ce que certains estiment insuffisante compte tenu du montant de l’investissement : 65 M€ HT.

C’est ce que pense par exemple l’association grenobloise ADTC (se déplacer autrement) qui juge cette décision « précipitée ». Elle souhaiterait que la priorité soit portée sur d’autres infrastructures génératrices de flux de transport public bien plus importants que le métrocâble en question, comme le prolongement de la ligne E du tramway, par exemple.

En revanche, la société Poma, qui aura donc la responsabilité de construire ce nouveau métrocâble, s’en félicite. Pour Grenoble, elle pourra s’inspirer de la liaison urbaine qu’elle a réalisée à Medellin, en Colombie. Adossé depuis le début des années 2000 au groupe italien Leitner, la société dauphinoise réalise 345 M€ de chiffre d'affaires.