• Jean-François Bélanger

Un BHNS à l’hydrogène à la place du Lyon-Trévoux


En visite à Trévoux, le président d’Auvergne-Rhône-Alpes en a profité pour livrer quelques précisions sur l’avenir de l’ex-voie ferrée Trévoux-Lyon.

Selon l’exécutif régional, elle doit être exploitée par un Bus à Haut de Niveau de Service, roulant à l’hydrogène, un projet contesté par les écologistes, qui préfèrent la voir retrouver sa vocation ferroviaire.

Construite en 1863, et définitivement abandonnée depuis 1975, cela fait plus de 20 ans que plusieurs idées s’affrontent sur le devenir de cette ex-voie ferrée, entre Lyon et Trévoux.

Depuis deux ans, la Région a rouvert le dossier et choisi de conduire un projet de Bus à Haut de Niveau de Service (BHNS) entre Trévoux, Sathonay et Lyon. Un budget pour des études pré-opérationnelles de 1,8 M€, financé par les différentes collectivités territoriales concernées, a même été engagé.

Ses premiers résultats tablent sur un potentiel de fréquentation quotidienne compris entre 7 500 et 9 500 voyageurs, avec un cadencement au quart d’heure. Le tracé reprendrait le tracé des 18 kilomètres de l’ancienne voie ferrée désaffectée puis, à partir de Sathonay vers Lyon, emprunterait les aménagements prévus pour les transports urbains. Une concertation publique a été ouverte et ses conclusions doivent être présentées ce printemps.

Opposition des verts

Mais les écologistes n’adhèrent pas à ce scénario. Pour eux, c’est le retour à la solution ferroviaire qui est la meilleure solution. Son porte-parole au conseil régional, Jean-Charles Kohlaas, opte plutôt sur une solution tram-train.

« Cette solution serait plus attractive, avec un temps de parcours plus réduit, davantage de capacité, et possiblement combinée avec le prolongement de la ligne B du métro », explique-t-il. Le tracé compte cependant de nombreux ponts et viaducs et cette option serait plus chère.

Transfert de propriété

Pour autant, le bilan de la concertation est attendu pour ce printemps et sera alors soumis à un vote. Mais dès à présent, la Région a demandé à SNCF Réseau de préparer le transfert de propriété.

Ce processus implique la fermeture de la ligne et l’évaluation de ses emprises. Il est intégré aux autres études pré-opérationnelles, dont les résultats sont attendus à l’automne, et permettrait le transfert de propriété. Au-delà, la mise en service du BHNS est envisagée pour 2025.