• Michel Chlastacz

Une grille TDIE pour décrypter les enjeux transports des Municipales


Le 12 février 2020 à Paris, TDIE (Transports, Développement, Inter modalité, Environnement) présentait sa « grille d’analyse des enjeux (en matière de transports et de mobilité, ndlr.). Enjeux sur lesquels les candidats aux élections municipales et intercommunales sont appelés à définir des orientations [...] pour la préparation du prochain mandat 2020-2026 ».

Le groupe de réflexion TDIE, appuyé de son Conseil scientifique, a été l’initiateur de la démarche qui consiste à questionner les candidats sur leurs propositions en matière de transports, puis à ensuite analyser et synthétiser leurs réponses.

Cet exercice a été progressivement rôdé au fil des élections nationales ou européennes. Dès 2002 pour les élections présidentielles, depuis 2015 pour les élections régionales et à partir de 2019 pour les élections européennes.

Cependant, en s’attaquant pour la première fois à l’extrême complexité d’un scrutin municipal, il a fallu mettre au point un outil différent de ceux déjà utilisés à d’autres occasions électorales. « D’autant qu’on ne sait pas encore combien d’intercommunalités prendront en main la compétence Mobilité », a tenu à préciser Philippe Duron, co-président de TDIE. En rappelant qu’elles disposent d’un long délai dans ce domaine, jusqu’en mars 2021.

Aussi, cette grille communale se présente-t-elle en quelque sorte comme à rebours des exercices précédents.

Un regard sur les compétences

Plutôt que de seulement recueillir et de classer les propositions des candidats du « bloc communal et intercommunal », ce sont aussi les outils à leur disposition et leurs compétences en matière de politiques de mobilités qui sont développés et analysés.

Il en va de même de l’articulation de ces mêmes outils et compétences ainsi que leurs « cadres de cohérence » nécessaires avec ceux dont disposent les autres échelons de décision telles les Métropoles et les Régions.

« Même si la loi n’est pas le monde idéal », comme le précise Philippe Duron, la première partie du document présente - le plus exhaustivement possible - les « leviers d’action territoriale locale confiées par la loi aux collectivités du bloc communal en matière de transport, mobilité et logistique ».

Tandis que la seconde partie est organisée en forme de questionnaire afin de « déterminer les sujets qui remontent » et de pouvoir dans ces conditions identifier et classifier les thèmes « qui appellent une orientation et un ensemble de décisions en matière de mobilité ». Une soixantaine de questions organisent la grille. Dont seule une dizaine d’entre elles concernent les infrastructures, comprises au sens le plus large du terme.

À l’issue de ces élections municipales, TDIE publiera une note de synthèse générale préparée sur la base de l’analyse des résultats de son enquête. Enquête centrée sur une série de territoires (dont quinze « villes-centre ») qui ont été choisis pour mettre en place une « démarche de veille ». Elle est d’ores et déjà lancée. Nous y reviendrons...