• Michel Chlastacz

L’autorail britannique à batteries Vivarail est homologué


Mi-janvier 2020, l’autorail hybride (fuel plus batteries) série 230 construit par Vivarail sur la base d’anciennes voitures du métro londonien* a été homologué par l’Autorité de Transport britannique après l’achèvement de ses essais sur une section de 64 km de la ligne Oxford-Hereford.

L’occasion notamment de démonter la fiabilité du système de rechargement des batteries qui s’effectue en dix minutes aux terminus après 60 miles (96 km) de parcours.

Dans quelques semaines, les nouveaux véhicules seront engagés en service commercial sur la ligne Wrexham-Bidston dans le Pays de Galles, sur la base d’un accord conclu en octobre 2018 entre le constructeur et « Transport of Wales », Autorité organisatrice des transports gallois.

Les lignes dites du Borderland relient les confins de l’Angleterre et du Pays de Galles. Elles sont en contact à Bidston - le terminus de la ligne où seront mis en service les nouveaux autorails - avec le système de type RER du Merseyrail de Liverpool électrifié par troisième rail.

Le choix des trains à batteries est l’alternative à une coûteuse électrification de la ligne et son intégration au système de Merseyrail. Aussi, Vivarail étudie l’adaptation des rames en « mixte électrique » (batteries + troisième rail).

* Ces rames dites D 78 construites par Metro Cammell au tournant des années 1970-1980 ont été retirées du service en 2017. Vivarail a converti cinq rames de trois voitures.