• Michel Chlastacz

La Ligne des Bains de mer rénovée, mais sans trains


La ligne Paris-Beauvais-Abancourt-Le Tréport est l’itinéraire ferroviaire le plus courts de Paris aux plages de la Manche. Aussi, dès la fin du XIXe siècle, elle était devenue une des « lignes de bains de mer », une activité saisonnière relancée en 1936 avec les congés payés.

La section Paris-Beauvais (78 km) de la ligne a été modernisée et électrifiée en deux étapes (1970 et 1999), inclue dans les relations Transilien jusqu’à Persan-Beaumont et intégrée au-delà dans celles du Bassin parisien.

Cependant, les 104 km (dont 91 km à voie unique] Beauvais-Abancourt-Le Tréport se sont très fortement dégradés. Aussi, les régions Hauts de France (63,4%), Normandie (26,2%) et SNCF Réseau (10,4%) y ont investi 79,2 M€.

Les travaux (qui ont été réalisés entre mai 2018 et octobre 2019 avec la fermeture de la ligne) visaient le retour à une vitesse de 100 km/h contre... 40 à 60 km/h auparavant en raison de l’état de la voie.

On a remplacé 140 km de rails et plus de 90 000 traverses reposant sur 190 000 tonnes de ballast neuf. Ouvrages d’art, passages à niveau (112) et quais de cinq gares ont aussi été rénovés au passage.

Les travaux ont été concentrés sur Beauvais-Abancourt, la section vers Le Tréport bénéficiant d’une maintenance approfondie.

Pourtant, travaux achevés, le projet d’horaire 2019-2020 maintiendrait... la desserte routière !

* Paris-Rouen-Dieppe et Paris-Gisors-Dieppe.