• Michel Chlastacz

Siemens prépare le tout ERTMS en Norvège


En 2018, les Chemins de fer norvégiens (NSB), épaulés par la banque NOR, avaient signé un accord avec Siemens Mobility qui visait à financer à hauteur de 800 M€ la mise en œuvre de l’ERTMS 2 sur l’ensemble du réseau ferré norvégien d’ici 2034 ! Une sorte de plan de vingt-cinq ans dont la première étape vient d’être franchie en octobre 2019 avec la création du Campus Nyland.

Ce nouveau centre de tests est destiné à l’expérimentation de l’ERTMS nouvelle génération qui devra équiper l’ensemble des lignes du NSB. Cette véritable « ruche ERTMS » devrait, à terme, réunir plus de 5000 personnes. Ce qui en ferait le cœur de la recherche et du développement de Siemens dans ce domaine.

Hormis le cas particulier du petit réseau luxembourgeois désormais « tout ERTMS », le réseau ferré norvégien, celui d’un pays pourtant non membre de l’Union européenne, est le seul en Europe à avoir programmé une telle opération et de si longue haleine.

Car il s’agit de « digitaliser » tout le réseau norvégien avec l’équipement de 4200 km de lignes, de 375 gares et de 400 passages à niveau En installant 10 000 balises et 7000 compteurs d’essieux. L’ensemble sera supervisé par un Centre de Contrôle du Réseau installé à Oslo.

Au printemps 2020 l’ERTMS sera installé sur une ligne-test (Roa-Honefoss). Et, dès 2022 avec l’équipement de l’essentiel de l’axe structurant nord-sud près de 12% du réseau norvégien sera déjà doté de l’ERTMS 2.