• Michel Chlastacz

Grand renouvellement des tram tchèques


Il y eu d’abord quatre décennies de domination monopolistique de CKD Tatra, le plus grand constructeur de tramways au monde durant les années 1970-1990.

Ensuite, près de deux décennies de simple maintenance, voire de « bricolages » associés à de timides modernisations et à des achats marginaux de nouveaux matériels.

Enfin, durant la dernière décennie, on assiste à un redémarrage des réseaux et au renouvellement des flottes, et l’arrivée de nombreuses rames à plancher bas.

Voici donc un rapide résumé de l’évolution des réseaux de tramways tchèques*, l’un des pays européens les mieux dotés dans ce domaine.

Le réseau praguois a renouvelé près d’un tiers de son parc de 2011 à 2019 avec l’acquisition de 250 rames ForCity Alfa de Skoda Transportation. Les autres réseaux sont plus tardivement entrés dans le mouvement.

À Ostrava, 40 rames Tango de Stadler ont été livrées jusqu’en octobre 2019, parallèlement à 40 rames ForCitySmart Skoda commandées et qui seront en service en 2023.

Brno, seconde ville du pays, a reçu 49 rames Skoda de 2014 à 2016, auxquels s’ajoutent 72 rames EVO2 et Vario LF 2 à fournir de 2022 à 2026. Des matériels construits par Pragomex, groupe d’industrie mécanique, dans le cadre de l’alliance TW Team qui associe concepteurs, monteurs, et équipementiers.

Plzen a reçu 9 rames EVO 2 jusqu’en septembre 2019 et a commandé 22 rames ForCitySmart Skoda à livrer d’ici 2023.

Enfin, Olomouc a reçu six rames EVO 1 en 2018 et Most-Litvinov une seule rame de même type, alors que Jablonec n’a pas lancé de politique de renouvellement.

* Sept réseaux totalisant plus de 300 km d’infrastructures et près de 2000 rames.