• Michel Chlastacz

Les trains automatiques sont-ils menacés par les hackers ?


Ce n’est pas un thriller ou un roman d’anticipation, mais l’étude de deux groupes d’experts*. Alors que l’idée du « train autonome » prend de plus en plus forme, ce rêve technologique pourrait se transformer en cauchemar, en raison de la vulnérabilité de leurs systèmes de communications face aux hackers, affirme notre confrère néerlandais RailTech.com.

Un handicap qui serait lié aux parties les plus classiques de la technologie ferroviaire dans le domaine des développements informatiques, et qui restent toujours au moins partiellement utilisées pour la mise en place des nouveaux systèmes de conduite automatique.

Autre faiblesse, la dépendance excessive des décisions en matière ferroviaire vis-à-vis du monde politique. Jugée positive par ces experts « quand il s’agit de subventions », elle le serait moins structurellement, en raison du fait que le rail est lié à des infrastructures qui appartiennent aux États. Ce qui accroîtrait les risques avec des choix publics et ouverts.

Selon les auteurs de l’étude, la solution du problème se trouverait notamment dans une « combinaison associant plus de décisions humaines dans la gouvernance [...] avec une meilleure culture de conscience sécuritaire à l’intérieur de monde ferroviaire ». Plus de marché et plus de vigilance ?

* « Frazer-Nasch Consutancy » et « Llyod Tobie », qui exposeront les grandes lignes de leur étude durant « Intelligent Rail Summit » les 19 à 21 novembre 2019 à Paris.