• Michel Chlastacz

Carole Delga , Emmanuel Macron et la LGV Bordeaux-Toulouse


Une occasion de discussion bonne à saisir. Le 16 octobre 2019, c’est en marge du Conseil des ministres franco-allemand, qui se déroulait à Toulouse, que Carole Delga, présidente de la région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée, a rappelé à Emmanuel Macron, président de la République, les engagements de l’État « quant à la réalisation des deux LGV en Occitanie ».

Puisque « 60% de la population française qui est à plus de quatre heures de train de Paris se trouve ici en Occitanie (alors que) les collectivités de l’ouest (de la région) ont versé à l’État 300 M€ pour la réalisation de la lige à grande vitesse Toulouse-Bordeaux dont les travaux n’ont toujours pas débuté ».

Pourtant « la LGV Toulouse-Bordeaux, comme la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan*, est inscrite dans le projet de LOM (et nous avons fait) notre proposition de création de sociétés de financement des projets ».

Pour la présidente de la région, « il devient urgent d’accélérer. Nous demandons depuis plus d’un an la tenue d’une réunion de travail avec le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérard Darmanin et ses services. [Ce que] j’ai rappelé au président de la république ».

* LGV Bordeaux-Agen-Montauban-Toulouse : 200 km de ligne nouvelle plus quadruplements de Bordeaux à Langon (41 km) et de Castelnau à Toulouse (19 km). Ligne nouvelle Toulouse-Narbonne-Montpellier : 288 km de ligne mixte voyageurs + fret.