• Michel Chlastacz

Bordeaux-Bergerac, une ligne comme neuve


Le 30 septembre 2019, après neuf mois de travaux intenses, la ligne (Bordeaux) Libourne-Bergerac (62 km et 8 gares et haltes intermédiaires) a été rouverte au trafic des TER.

Avec ses 3000 voyageurs par jour cette « petite ligne » est en fait le sixième axe TER de la région Nouvelle-Aquitaine en termes de fréquentation, et sa remise à niveau était urgente.

Cet investissement de 84 M€ (45,5% Région, 33% État, 17,5% SNCF Réseau et 4% autres collectivités) a porté sur le renouvellement total de la voie et d’une dizaine d’aiguillages, ce qui permet des relèvements de vitesse significatifs jusqu’à 120 km/h, le confortement des ouvrages d’art et la modernisation de la signalisation et des passages à niveau.

Un ensemble de travaux qui ont, d’ores et déjà, pour résultat un gain appréciable de temps de parcours entre Bordeaux, Libourne et Bergerac, soit 102 km de parcours en 1 h 10 au lieu de 1 h 28 auparavant en raison de l’existence de sections en mauvais état qui étaient limitées à... 40 km/h ! Et il semblerait que d’autres progrès soient encore possibles à moyen terme*.

S’ajoute une offre de transport renouvelée avec des trains rapides semi-directs limités à quatre arrêts intermédiaires (Cenon, Libourne, Sainte-Foy-la-Grande et Castillon-la-Bataille).

* Avec un parcours d’une heure, un premier train Bergerac-Bordeaux permettrait la correspondance avec le premier TGV vers Paris (Bergerac 5 h 20 – Paris 8 h 42).