• Michel Chlastacz

Auvergne-Rhône-Alpes au chevet des petites lignes


La région Auvergne-Rhône-Alpes se penche au chevet des petites lignes, dont deux pas aussi petites qu’elles n’en ont l’air.

Ainsi, Aurillac-Figeac (64,8 km) est la partie centrale d’un itinéraire ferroviaire Toulouse-Lyon délaissé au profit de la RN 88 qui, à la différence de la voie ferrée, a été l’objet de toutes les sollicitudes.

Et Clermont-Ferrand -Thiers (45 km) est la partie terminale de l’axe Clermont-Saint-Étienne. Deux lignes qui concourent fortement au nécessaire maillage ferroviaire interurbain de la partie Est de la région.

Sur Aurillac-Figeac, il s’agit de rénover la section Aurillac-Viescamp-sous-Jalles (14 km), tronc commun de l’itinéraire Lyon-Toulouse avec une antenne vers Brive.

« En attendant des travaux plus conséquents d’ici 2025, il s’agit en 2019-2021 d’investir 4,8 M€ (95% Région) pour conforter la voie, les tranchées et talus, installer un système de compteur d’essieux et remplacer des câbles de signalisation ».

Pour Clermont-Thiers, l’investissement de 3,8 M€ (65% Région) vise à la remise à niveau de la voie (traverses, joints de rails). Pour renforcer le rôle périurbain d’une ligne qui, au service 2020-2021, sera cadencée à la demi-heure en pointes entre Clermont et Vertaizon (15 km).

Ces opérations sont inclues dans le Plan de sauvetage des petites lignes lancé en 2016 avec 264 M€ à investir, dont 42% par la Région.