• Michel Chlastacz

Le Grand Est veut multiplier ses liaisons TGV


Une fois à l’extérieur, une fois à l’intérieur. Après des accords de développement des liens ferroviaires transfrontaliers avec la Sarre et la Rhénanie-Palatinat puis avec le Bade-Wurtemberg, le Grand Est s’occupe de ses trains « de l’intérieur ». Et particulièrement des services TGV qui irriguent la région via la LGV Est.

Le 28 mai 2019, à Strasbourg, à l’occasion du « Comité de suivi du TGV Grand Est », Jean Rottner, président du Conseil régional, Stéphane Volant, secrétaire général de la SNCF, et Stéphanie Dommange, directrice générale TER Grand Est, se sont accordés pour réaliser « des avancées importantes au service annuel 2019- 2020 ».

De cette présentation, on retiendra que chaque jour, et « sur fond de maintien des tarifs à l’identique » […] « le retour d’un TGV matinal vers le Sud à partir de Metz (6 heures), Strasbourg (7 heures) et Mulhouse (8 heures) ; la création d’un aller-retour TGV Nancy-Nice via Strasbourg ».

A cet ensemble s’ajoutent « le retour d’un troisième aller-retour Metz-Strasbourg-Mulhouse-Marseille, et d’un aller-retour Luxembourg-Marseille ».

Un programme complété par l’accroissement de l’offre Mulhouse-Montpellier (2 allers-retours/jour au lieu d’1,5), et le maintien de l’expérimentation TGV Nancy-Marne-la-Vallée-Lyon en 3 heures.

Enfin, les discussions se poursuivent afin de pérenniser les deux allers-retours interrégionaux du TER Fluo Grand Est * sur Nancy-Dijon.

* La nouvelle dénomination des TER Grand Est depuis avril 2019.