• Jean-Philippe Pastre

Le palmarès européen des bus électriques


CME Solutions, cabinet d'études de marché indépendant, a publié son classement des parts de marché des autobus électriques à batteries en Europe pour l'année 2018. La première place est détenue par une alliance Sino-Anglaise.

Non, rien à voir avec la banque HSBC ! Il s'agit de l'association BYD/ADL Alexander Dennis qui aurait à elle seule 25% du marché. La force d'ADL sur le marché britannique est ici déterminante.

Suit Solaris Bus avec 17% du marché européen des autobus à batteries. Le constructeur polonais se singularisant par la diversité de chaînes de traction proposées : électriques à batteries, électriques bifilaires, IMC, pile à combustible. Solutions auxquelles il faut ajouter des autobus hybrides et GNV.

Le Néerlandais VDL est 3e de ce podium 2018, avec 13% du marché européen de l'électrique à batteries. Il propose une gamme complète de véhicules, allant du low floor au Low Entry, dans différentes configurations de longueur ou de présentation.

Yutong suit, avec 9% du marché européen.

Surprise avec, en 5e position européenne, le Tchèque SOR. Cela alors que la marque n'est pas présente en Europe de l'Ouest. Avec la même part de marché de 6%, on retrouve Volvo et Ursus (un autre constructeur Polonais). Bolloré et Irizar suivent avec 4%.

A noter, la présence d'un nouvel entrant ambitieux dans ce classement 2018 : Mercedes-Benz (avec toutefois 2% des immatriculations d'autobus électriques européens). Le spécialiste hélvétique de l'électrique bifilaire, Hess, est présent ici grâce à ses autobus « sans fil » développés en partenariat avec ABB (le fameux TOSA).

Enfin, une certaine dispersion existe sur ce marché puisque 7% des immatriculations sont réalisés par des « divers » : Ebusco Golden Dragon, Sileo Bozankaya, etc...