• Pierre Cossard

Société du Grand Paris : faux pas sur le vélo


Le Club des villes et territoires cyclables n’a pas manqué de faire la publicité, le 19 février 2019, d’une « maladresse » de la Société du Grand Paris à l’égard du vélo.

Dans sa recherche d’optimisation budgétaire, cette dernière a en effet proposé au gouvernement la « sortie des consignes à vélo des gares ou prise en charge par les promoteurs », ainsi qu’un certain nombre de mesures d’économie sur l’accessibilité des gares.

La ministre des Transports aurait opposé un refus immédiat à cette mesure au motif que « le vélo ne doit pas servir de variable d’ajustement pour les gares du Grand Paris Express », et rappelé que « le vélo doit jouer tout son rôle dans les déplacements au quotidien », notamment en renforçant sa place autour des gares.

Rassuré par la prise de position gouvernementale, le Club des villes et territoires cyclables s’alarme toutefois du fait « qu’en 2019, en France, on puisse encore concevoir un réseau de lignes de métro automatique sans que l’insertion urbaine des gares et leur accessibilité à vélo et à pied ne soient sanctuarisées et non négociables »…

Surfant sur cette « maladresse », l’organisme rappelle que le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) qui devrait être examiné au Parlement en mars prochain, affirme l’importance de l’intermodalité vélo/transports publics avec des dispositions relatives au stationnement vélo dans les pôles d’échange multimodaux.

Le Club demande à aller plus loin, et envisage que la LOM prévoit des quotas minimaux (précisés par décret) de places de stationnement sécurisées dans les gares et les pôles d’échanges, et veille à leur application.

Il rappelle à titre d’exemple que l’obligation de créer des places de stationnement vélos sécurisées dans les gares nouvelles ou rénovées figurait déjà dans la loi portant réforme ferroviaire de 2013.

La SNCF devait se doter d’un plan d’aménagement et de financement de places de stationnement vélo dans et aux abords des gares prioritaires, en concertation avec les collectivités locales. Or, cette dernière n’a jamais communiqué de données relatives à cette obligation et au nombre de places réalisées…