• Michel Chlastacz

Breeze : un nouveau souffle britannique


Le 7 janvier 2019, Alstom et le groupe ferroviaire britannique Eversholt Rail ont officiellement présenté le design des futures rames automotrices à hydrogène qui seront proposées aux exploitant ferroviaires d’outre-Manche d’ici 2022.

Un matériel qui serait issu du surplus réutilisable des rames automotrices électriques à 25 kV de la série 321. Construites par BREL en 1998-1990 pour être mises en service sur le réseau Great Anglia (nord-est de Londres), elles devraient être radiées du service en 2019-2020 en raison de l’arrivée progressive sur ces mêmes lignes de nouvelles rames fournies par Bombardier et Stadler.

Leur conversion en rames mixtes (hydrogène + batteries + caténaires) est prévue dans le cadre d’un accords entre Alstom et son partenaire britannique afin de permettre une utilisation directe de bout en bout sur des lignes alternant sections électrifiées et non électrifiées, sans obliger à des changement de matériels ou à des circulations de rames thermiques sous caténaires.

Cette nouveauté s’inscrit dans le cadre de l’objectif national de disparition du Diesel ferroviaire en Grande-Bretagne d’ici l’horizon 2040. Objectif ardu, puisque le réseau ferré d’outre-Manche accuse un très grand retard d’électrification (18,2%) en comparaison des autres réseaux européens…