• Michel Chlastacz

TER à hydrogène : l’attente des régions


Le 23 novembre 2018, après la remise par Benoit Simian, député de la Gironde, de son rapport sur le « verdissement » du parc ferroviaire, Régions de France s’est « réjouie des conclusions [du rapporteur] qui vont alimenter les réflexions en cours pour améliorer le bilan carbone du transport ferroviaire ».

L’Association des régions, « associée tout au long des travaux » du rapporteur, constate qu’alors que « seuls 56 % des TER circulent sur des lignes électrifiées, le train à hydrogène est l’une des options qui permettra de sortir du Diesel ». En ajoutant que le verdissement attendu « constitue aussi un enjeu essentiel dans le cadre de l’ouverture à la concurrence des lignes régionales à partir de 2019 ». Point de vue qui mériterait plus de développements…

Benoit Simian, Alstom, la SNCF et Régions de France tiendront début décembre une réunion commune. Qui « sera l’occasion pour les régions qui le souhaitent de s’engager dans l’expérimentation du train à hydrogène dès 2022 en suivant les préconisations du rapport ».

D’ores et déjà Régions de France identifie - carte jointe à l ‘appui - une vingtaine de lignes ou de « zones d’expérimentation » (associant plusieurs lignes) pouvant accueillir les trains à hydrogène.

Il restera à faire le choix entre l’hydrogène et des « queues d’électrifications » réduisant les coûts finaux grâce à l’utilisation des matériels existants…