• Jean-François Bélanger

Keolis fait de Lyon son laboratoire du futur


Le président de Keolis, Jean-Pierre Farandou, est venu à Lyon le 13 novembre, pour souligner les futurs développements que les transports du commun doivent connaître prochainement dans le cadre de la transition énergétique, des technologies nouvelles et des mobilités de demain.

Opération séduction pour Lyon ! Jean-Pierre Farandou n’a pas manqué de souligner la position de pionnier de l’agglomération lyonnaise en matière de transport en commun, depuis les tramways tirés par les chevaux jusqu’aux premières rames de métro automatisées. Il aurait pu ajouter, les premiers bateaux-mouches sur la Saône ! Mais tout cela est du passé.

Aujourd’hui, après la période des modes lourds des transports en commun (métros, tramways…), l’heure est plutôt aux modes légers et à la voiture partagée. La maison mère de Keolis l’a bien compris en signant avec BlaBlaCar.

Si à Bordeaux, avec VIA, Keolis expérimente un tel système, c’est plutôt vers le robot-taxi qu’elle s’oriente à Lyon. Au printemps dernier, une enquête a été menée auprès des habitants de l’agglomération, sur l’hypothèse de la présence d’une flotte de 2 à 3 000 robots-taxis partagés dans l’agglomération. « Les résultats montrent qu’ils pourraient accaparer 25% du nombre des déplacements urbains, c’est-à-dire autant que les transports en commun actuels », révèle Jean-Pierre Farandou.

Une fiction qui pourrait devenir réalité dans un avenir que nul ne précise cependant pour l‘instant, mais qui sera précédée par le développement des véhicules autonomes. Actionnaire industriel de Navya aux côtés de Valeo, Keolis veut accélérer les transports du dernier kilomètre.

Ils doivent permettre à la filiale du groupe SNCF d’être parmi les leaders mondiaux, dans ces domaines, avec pour ambition de se positionner comme un véritable conseiller en mobilité auprès des autorités organisatrices. De ce point de vue, Keolis peut s’appuyer sur une filiale locale qui cumule les références.

Le réseau TCL vient en effet d’obtenir la cinquième étoile de l’EFQM*. Les transports en commun lyonnais ont déjà gagné 9 points de parts du marché des déplacements lors de la dernière étude décennale de 2015 et, selon son directeur Pascal Jacquesson, « nous envisageons de faire passer la part modale de la voiture individuelle en dessous des 35 % à l’horizon 2030 ».

* Le modèle d'excellence EFQM® est un des outils « qualité » les plus populaires en Europe, utilisé par plus de 30 000 organisations dans le but d’améliorer leurs performances. Il est régulièrement révisé afin de s'assurer qu'il est bien en miroir du monde dans lequel les organisations opèrent.