• Pierre Cossard

Agir donne la parole aux élus sur les SPL


Agir publie en ce début juillet un document intitulé SPL Transport/Mobilité : retours d’expériences d’élus en charge des transports et de la mobilité.

A travers cette publication, l’association a souhaité dresser un bilan des SPL Transport et Mobilité, en compilant une série d’interviews d’élus ayant choisi la gestion directe via ce type de structure.

Chacun dans un contexte différent, ils témoignent de leur approche et de leur retour d’expérience des SPL sur le plan des finances publiques, de la gouvernance locale, de la cohérence des politiques de mobilité, ou de la gestion des équilibres des territoires.

Pour Jean-Luc Rigaut par exemple, Maire d’Annecy et président d’Agir : « Souple et agile, la SPL est une alternative à la gestion déléguée permettant aux collectivités territoriales de mettre en place de nouveaux projets de mobilité, au plus prêt des besoins du territoire et au service du projet politique ».

On l’aura compris, le document est clairement une compilation de satisfecit. Il est cependant précieux, car il éclaire sur les raisons du choix de la gestion directe, comme sur l’usage qui est fait de cet outil spécifique par les collectivités ayant fait ce choix.

Globalement, la vague de la gestion directe continue d’ailleurs de progresser en France, avec 23 collectivités territoriales ayant fait le choix de la régie ou de la SPL depuis 2006 : Abbeville, Ajaccio, Angoulême, Annecy, Aubagne, Aurillac, Belfort, Cannes, Chartres, Clermont-Ferrand, Cognac, Dax, Douai, Evreux, Maubeuge, Nice, Pau, Périgueux, Saumur, Saint-Brieuc, Saint-Nazaire, Thionville et Toulouse.