• Christine Cabiron

CAF France et Thales s’allient à Marseille


CAF France et Thales vont-ils remporter le marché pour automatiser les deux lignes du métro de Marseille ? C’est le souhait de ces deux industriels qui ont créé pour cela Maévi, un groupement dédié à l’appel offres lancé par la Métropole Aix-Marseille Provence.

« La Métropole mise beaucoup sur le métro pour transformer ses transports en commun », explique Francis Nakache, directeur général de CAF France. « Son automatisation rendra le système plus performant, plus efficace et contribuera au développement de l’attractivité de la métropole ».

Une cure de jouvence radicale pour les deux lignes, respectivement mises en service en 1977 et 1984. Dans la cité phocéenne, ce mode de transport réalise 209 000 voyages par jour, soit 37% du trafic global de la Régie des transports métropolitains (RTM).

De Santiago à Marseille

L’union entre CAF et Thales n’est pas nouvelle. Les deux industriels ont déjàtravaillé ensemble à Santiago du Chili. « Cette alliance a fonctionné. Nous avonsfourni le matériel roulant et les automatismes pour deux nouvelles lignes de métro (la 3 et 6), mises en services récemment, dont le pilotage est entièrement automatique », rappelle le responsable. Un projet proche de celui de Marseille, excepté qu’à Marseille, la migration devra s’effectuer sans interruption de service.

« Thales est le leader mondial en matière de signalisation et d’automatisation des systèmes ferroviaires. Thalès est également une référence internationale en matière de re-signalisation en automatisme intégral ». Pour sa part, CAF se présente comme un « des rares constructeurs à maîtriser la technique du métro sur pneumatique ».

En créant Maévi, CAF et Thales ont voulu donner une signature à leur alliance. « Ce groupement est exclusivement dédié au marché de Marseille. Le nom est à la fois évocateur de la ville, de la vie, de l’évolution, de la réinvention », explique Francis Nakache.

Un contrat à 500 M€

L’appel d’offres porte sur la construction de 38 rames sur roues, composées de 4 voitures. Il intègre les équipements d’automatisme et le remplacement du centre de régulation du trafic de La Rose. Soit une opération chiffrée à 500 M€ (HT). L’appel d’offres comprend également six autres tranches optionnelles totalisant 22 rames supplémentaires destinées aux futures extensions du métro.

La première livraison des rames est prévue en septembre 2021, tandis que l’automatisation intégrale des deux lignes est programmée pour 2026. Si CAF et Thalès décrochent ce contrat - l’attribution est prévue fin 2019 - CAF devra adapter son usine de Bagnères de Bigorre.

« Actuellement, nous n’utilisons qu’un cinquième des ateliers car nous n’avons pas les contrats qui nous permettraient d’accroître la production. Par conséquent, nous avons les capacités d’étendre nos chaînes de production », affirme Francis Nakache.