• Christine Cabiron

Orléans expérimente du transport à la demande dynamique


Keolis Orléans Val de Loire expérimente depuis le 3 avril dernier un système de transport à la demande dynamique. Les habitants de quatre communes situées à l’est de la métropole peuvent disposer d’un véhicule de façon quasi immédiate.

Ainsi, les habitants de Saint-Jean de Braye, Semoy, Chécy et Mardié n’ont plus besoin de réserver leur voyage au minimum deux heures à l’avance. Grâce à l’application Résa’Est, ils peuvent commander un bus quelques minutes avant leur déplacement.

Pour garantir des délais de prises en charge variant de 5 à 20 minutes selon les créneaux horaires, quatre bus sillonnent ce secteur ou sont positionnés sur des parkings à fort potentiel de fréquentation. Les trajets sont calculés en temps réel par un algorithme développé par la société Padam, qui optimise les itinéraires en fonction des réservations.

9 mois d’expérimentation

Cette nouvelle organisation de transport à la demande (TAD) s’inscrit dans le cadre d’une expérimentation qui se déroulera jusqu’à fin 2018. Elle est pilotée par Keolis Orléans Val de Loire qui opère le réseau urbain TAO de la métropole orléanaise et un système de TAD « classique ».

Celui-ci, développé sur dix zones, dessert 22 communes périurbaines et a été utilisé en 2017 par 35 000 personnes. « Ce service fonctionne bien et progresse mais les clients nous ont fait part d’un certain nombre de contraintes, comme le manque de souplesse quant aux horaires fixes et aux délais de réservation », indique Jean-Philippe Deloge, directeur marketing et commercial chez Keolis Orléans Val de Loire.

Résa’Est s’affranchit de ces deux contraintes et dispose d’une plus grande amplitude puisque les véhicules sont mobilisés de 7h à 19h30. Dés qu’une réservation « tombe », les instructions sont transmises aux conducteurs via une tablette. Ils peuvent ainsi répondre à la demande de façon quasi immédiate.

La prise en charge des clients s’effectue toujours aux points d’arrêts du réseau TAO. « C’est un élément rassurant pour les clients »,précise le responsable. « Mais nous sommes en mesure de faire du porte à porte ».

Fréquentation en hausse de 45%

Ces quatre communes de l’Est de la Métropole n’ont pas été choisies au hasard. « C’est un secteur où le TAD fonctionnait plutôt bien mais le découpage en plusieurs zones créait un peu de confusion. De plus, nous ne voulions pas mener une expérimentation qui génère trop de coûts de fonctionnement ». Ainsi, seul un bus supplémentaire a été mobilisé, contre trois dans l’ancienne organisation.

Un mois après le lancement de ce nouveau service, les résultats sont encourageants. Fin avril, près de 1900 personnes avaient utilisé Résa’Est. « Ce qui représente une hausse de la fréquentation de 45% pour des moyens qui ont été augmentés de 25% », souligne Jean-Philippe Deloge.

Autre chiffre : la part des réservations effectuées dans un délai inférieur à 2h est de 22%. Enfin, cerise sur le gâteau, la satisfaction des clients est au rendez-vous. Résa’Est a décroché une note de 4,5/5 révélée par l’appli qui dispose d’une fonctionnalité pour noter le service à chaque voyage.

Un premier bilan de cette expérimentation sera établi fin juin 2018.