• Jean-Philippe Pastre

L'appétit infini du Chinois Geely


Inconnu du monde du bus et du car, le Chinois Geely multiplie les investissements en Europe. Après être monté au capital de Volvo AB, c'est Daimler qui est en ligne de mire.

Après le suédois Volvo AB fin 2017, c'est au tour de Daimler AG de voir monter brutalement au capital la holding chinoise Geely Group Ltd. Depuis fin février 2018, Geely est devenu le 1er actionnaire de l'empire Daimler AG, loin devant le Kuwait Investment Authority (9,69% du capital, contre 6,8%).

Ces chiffres illustrent l'éclatement capitalistique du groupe qui possède Mercedes-Benz, Setra mais aussi Fuso au Japon, sans compter des participations dans les batteries Akasol ou dans des sociétés de services de transport comme Chauffeur privé ou Car2Go.

Visiblement, Geely n'entend pas être un actionnaire dormant : notre confrère L'Argus de l'Automobile a rapporté sur son site pro.largus.fr lundi 16 avril les propos tenus par Li Shufu dans un entretien au Frankfurter Allgemeine Zeitung : « Daimler devrait envisager de nouer de vastes alliances pour stimuler sa croissance et répondre aux défis lancés par de nouveaux concurrents sur le marché automobile mondial ».

Très engagé dans les véhicules autonomes, le transport à la demande, et investissant lourdement dans les véhicules électriques, le rentable groupe Daimler AG doit néanmoins faire face à un besoin accru de capitaux. L'Allemagne baissera-t-elle pavillon, comme lors de l'acquisition du spécialiste de l'automation Kuka tombé dans les mains de groupes Chinois ?