• Michel Chlastacz

La FNAUT pousse l'idée de RER dans les métropoles


Le 9 février, Bruno Gazeau et Jean Sivardière, président et vice-président de la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports, présentaient une étude sur la « valorisation des étoiles ferroviaires régionales » , pour « absorber le trafic automobile massif » au cœur des métropoles.

Le choix se pose entre TER périurbain et RER, le premier, adapté aux agglomérations moyennes voire petites comme le montre l’exemple de Bastia. Le RER nécessite des dessertes diamétrales d’agglomération, des matériels roulants adaptés, des amplitudes de service et des fréquences de desserte élevées (30 minutes en heures creuses, 15 minutes en pointes. Et des correspondances avec le réseau urbain.

Un grand retard existe dans ce domaine où - hors Île-de-France - peu d’agglomérations ont amorcé le mouvement (Metrolor à Nancy-Metz, Metrazur à Menton-Nice-Cannes) *.

Les études et propositions des associations régionales de la FNAUT identifient des « gisements » RER à Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Nancy, Nantes, Rouen, Strasbourg, Toulon et Toulouse. Elles en rappellent aussi les obstacles financiers, techniques et organisationnels. Leur création nécessite d’importants investissements pour des voies supplémentaires, des gares nouvelles et des dessertes diamétrales, et « une gouvernance ferroviaire commune entre Région et Métropole… »

* Voir notre dossier publié sur le site de Mobilités Magazine le 6 mars 2018.