• Michel Chlastacz

Plus de trains transfrontaliers pour le Grand Est


Le 19 février à Baden-Baden, la « conférence franco-allemande sur la mobilité dans le Rhin supérieur », organisée par le Club d’Affaires franco-allemand, a notamment discuté des transports transfrontaliers, avec au programme des débats sur les tarifications à harmoniser comme sur la mise en place de titres de transport intermodaux et interopérables.

Ont aussi été évoqués « l’augmentation du nombre de dessertes ferroviaires », et la création de « nouveaux trains transfrontaliers France-Allemagne à l’horizon 2025-2030 ». Une étude en cours et menée conjointement par le Grand Est, la Rhénanie-Palatinat et le Bade-Wurtemberg. Elle doit « déterminer une stratégie de desserte ferroviaire et d’achat de matériels roulants spécifiques », selon des besoins estimés corridor par corridor transfrontalier (onze au total, dont cinq sont situés dans le « Rhin supérieur »), en tenant compte des renouvellements de marchés d’exploitation (allemands puis français après l’ouverture à la concurrence) à l’horizon 2023-2024.

« À cette échéance, il serait envisageable de développer davantage les relations transfrontalières directes entre Strasbourg, Neustadt, Worth et Offenbourg », a-t-il été conclu. En même temps, il s’agit de « développer une offre de cars à haut niveau de service efficace […] là où le réseau ferroviaire n’existe pas aujourd’hui, par exemple entre Colmar et Breisach-am-Rhein ou encore entre Haguenau et Rastatt ».